Commerce électronique: des fournisseurs qui facilitent la vente sur Internet

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Octobre 2014

Commerce électronique: des fournisseurs qui facilitent la vente sur Internet

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Octobre 2014

[Photo: Shutterstock]

Les entreprises qui veulent se lancer dans le commerce en ligne peuvent compter sur un nombre croissant de fournisseurs facilitant l'élaboration du site, le paiement et la livraison. Regard sur quelques acteurs de ce marché en pleine expansion.


À lire aussi :
Entrepreneurs en ligne recherchés!
Ce n'est pas tout de vendre, il faut livrer !
Le défi de faire connaître des produits de niche
Commercer en ligne en quatre étapes


Panierdachat.com, fondée en 2009 par l'agence Chocolat Média, spécialisée dans les sites Web, propose un système entièrement automatisé permettant au marchand d'élaborer son site en une journée. Elle compte parmi ses clients plusieurs équipes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec ainsi que des joailliers comme Bijoux Bleu, AP Bijoux et Roca Bijou.


L'idée derrière panierdachat.com ? Démocratiser le commerce en ligne. L'accès au service peut s'obtenir pour seulement 19,95 $ par mois. «Nous faisions beaucoup de commerce électronique sur mesure, mais ça coûte relativement cher, explique Pascal Couturier, fondateur de Chocolat Média. Nous avions beaucoup de demandes de petits commerçants ne pouvant envisager de dépenser 10 000 $ à 20 000 $.»


Le fonctionnement de panierdachat.com est donc simplifié à l'extrême. Le client s'inscrit sur le site, puis reçoit un courriel avec le mode d'emploi. Il n'a qu'à se connecter sur le site et suivre le tutoriel en 10 étapes. Il choisit notamment les devises qu'il acceptera, la langue du site (français, anglais ou bilingue), les expéditeurs. Et le tour est joué ! Le site est évolutif. On peut, par exemple, y ajouter des fonctions B2B (commerce électronique interentreprises) si l'on veut offrir des prix groupés à d'autres commerçants, différents des prix offerts aux particuliers.


Les sites sont faits pour optimiser le taux de conversion (transformer une visite en achat) et être bien classés dans les résultats des moteurs de recherche. «Plus nos clients vendent, plus ils souhaitent rester avec nous», souligne Pascal Couturier.


À lire aussi :
Entrepreneurs en ligne recherchés!
Ce n'est pas tout de vendre, il faut livrer !
Le défi de faire connaître des produits de niche
Commercer en ligne en quatre étapes



image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Grand Montréal: partenariat pour construire un centre d'assemblage de commandes

L'investissement requis pour le projet est de plus de 150 millions $.

Davos: la technologie va-t-elle trop vite pour l'humanité?

25/01/2019 | AFP

75 pays promettent d'engager des discussions afin de réguler de manière « plus efficace le commerce en ligne».

À la une

Will.i.am investi dans la montréalaise Stradigi AI

Il y a 10 minutes | Martin Jolicoeur

«Nous voulons devenir un acteur majeur de l’industrie mondiale de l’IA», affirme son président.

Bourse: Wall Street, rattrapée par les tensions, baisse

REVUE DES MARCHÉS. Elles se cristallisent actuellement autour du géant chinois des télécoms Huawei.

Le baril de brut new-yorkais perd 5,7% au terme de sa pire séance de l'année

15:55 | AFP

Plusieurs statistiques publiées jeudi ont laissé craindre un ralentissement de l’économie mondiale.