Commerce électronique: des fournisseurs qui facilitent la vente sur Internet

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Octobre 2014

Commerce électronique: des fournisseurs qui facilitent la vente sur Internet

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Octobre 2014

Apprendre à pêcher

Pour le chroniqueur techno François Charron, l'avenir de l'économie québécoise se jouera en partie dans la capacité des entrepreneurs d'ici à se lancer dans le commerce en ligne. Et les entreprises qu'il a en tête, ce sont celles de 20 employés ou moins, qui pullulent au Québec, mais qui sont quasiment absentes d'Internet.

C'est pour les aider qu'il a fondé votresite.ca en 2011. L'entreprise n'offre pas de faire le site à la place des entrepreneurs, mais plutôt de leur donner les outils et la formation pour le faire. «On ne leur vend pas du poisson, on leur montre à pêcher», illustre-t-il.

L'entrepreneur doit devenir membre, au coût minimal de 0,50 $ par jour, pour avoir accès aux outils et au service à la clientèle. En plus d'offrir une solution très simple pour construire le site, François Charron propose une panoplie de services à ses clients. Grâce à une entente avec Desjardins, une solution de paiement clés en main est intégrée à la boutique en ligne du client. votresite.ca a aussi une entente avec Postes Canada pour offrir des rabais sur les tarifs de livraison et une autre avec une usine de boîtes en Beauce, pour obtenir des emballages à bas prix.

Se faire payer et livrer

La logistique est le nerf de la guerre en commerce électronique. Chez Desjardins, on s'est donné comme mission de faire la promotion du commerce électronique, mais aussi de le faciliter, notamment en offrant une solution clés en main aux petits commerçants.

Par exemple, grâce à des ententes avec votresite.ca et Prestashop, les commerçants ont automatiquement accès à la solution de paiement par carte de crédit de Desjardins, qui y est intégrée. De plus, le commerçant ne paiera aucun coût fixe, seulement des frais de transaction de 0,25 $, plus 2,52 % du montant de la transaction. Pas de vente, pas de frais. «C'est plus abordable, et plus facile à budgéter», explique Julie Labelle, conseillère en développement chez Services de cartes Desjardins.

À lire aussi :
Entrepreneurs en ligne recherchés!
Ce n'est pas tout de vendre, il faut livrer !
Le défi de faire connaître des produits de niche
Commercer en ligne en quatre étapes

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Bombardier: «c'est la fin d'une époque et c’est extrêmement malheureux»

Tandis que les marchés accueillent favorablement la vente à Mitsubishi, les employés cachent mal leur déception.

Bombardier vend son programme d'avions régionaux à Mitsubishi

Mis à jour à 14:36 | Julien Arsenault, PC

Ce serait la dernière étape de la transformation de Bombardier dans le secteur aéronautique selon Alain Bellemare.

La Fed réfléchit à une éventuelle baisse des taux d'intérêt

13:24 | AFP

Depuis mai dernier, « le tableau a changé », explique le président de la Banque centrale.