Riches, mais cassés


Édition du 17 Janvier 2015

Riches, mais cassés


Édition du 17 Janvier 2015

Par Stéphane Rolland
De petites astuces fiscales

Il existe tout de même certains outils particuliers pour les nantis. Par exemple, Raphaël Hainault a aidé certains de ses clients médecins à s'incorporer. «En laissant des revenus dans la compagnie, le client reporte une partie de l'impôt personnel, explique-t-il. Celui-ci n'est imposé qu'à 19 % [impôt des petites entreprises]. Les sommes qui ne sont pas imposées peuvent donc continuer de fructifier. Ça crée un effet boule de neige qui permet au patrimoine de croître plus rapidement.» Un entrepreneur peut essentiellement faire la même chose que les médecins incorporés en laissant son argent dans son entreprise ou dans une société de gestion.

Outre la fiscalité, cette stratégie a également un effet psychologique, ajoute M. Hainault.

«Au-delà des chiffres, mes clients incorporés épargnent davantage, remarque-t-il. L'impôt à payer au moment de retirer l'argent de la société les incite à revoir leurs besoins, dit le conseiller. S'il veut se payer une voiture de 50 000 $, un client se rend compte qu'il devra se verser un dividende de 80 000 $. Il va peut-être choisir d'acheter un modèle plus abordable.»

À lire aussi:
L'histoire d'un cassé devenu riche
Cinq destructeurs de richesses à neutraliser

À la une

Ne mettons pas trop vite la «réduflation» au pilori

EXPERTE INVITÉE. Si elle est controversée, la réduction des volumes tout en maintenant les prix est parfois nécessaire.

Le Canada ouvrira-t-il la porte à la «banque ouverte»?

En théorie, les systèmes bancaires ouverts sont favorables aux consommateurs et aux investisseurs.

Les expéditeurs réunis à Montréal tentent de s’entendre sur les carburants durables

Il y a 10 minutes | La Presse Canadienne

Du transport maritime à l’aviation, la pénurie de carburant durable frappe le monde des transports.