Riches, mais cassés


Édition du 17 Janvier 2015

Riches, mais cassés


Édition du 17 Janvier 2015

Par Stéphane Rolland

«On n'est pas capable de réduire nos dépenses.» Difficile à croire, mais Raphaël Hainault, planificateur financier de la Financière des professionnels, a entendu plus d'une fois cette phrase dans la bouche de ses clients médecins et dentistes.

À lire aussi:
L'histoire d'un cassé devenu riche
Cinq destructeurs de richesses à neutraliser

[Photo: Shutterstock]

Le conseiller en gestion de patrimoine n'a d'autres choix que de ramener ses clients sur terre. «Sur le coup, ils ne voient pas comment ils feront pour réduire leur train de vie, raconte-t-il. Avec un salaire de 400 000 $, ils peuvent compter sur près de 200 000 $ dans leurs poches après l'impôt. Il faut leur rappeler qu'il n'y a même pas 1 % des gens qui gagnent cet argent. En faisant leur budget, je trouve même parfois des postes de dépenses discrétionnaires équivalant au salaire moyen des Québécois.»

Une situation plus qu'enviable ne met pas nécessairement à l'abri des mauvaises décisions financières. En additionnant maison trop dispendieuse, chalet luxueux, belles voitures et voyage exotique, la marge de manoeuvre financière de certains nantis finit par fondre comme neige au soleil.

À l'instar du commun des mortels, les riches peuvent accumuler de «petites erreurs» qui finissent par avoir des conséquences plus graves avec le temps. «Nous avons tendance à accorder plus de poids aux bénéfices et aux coûts à court terme qu'aux conséquences à long terme de nos décisions», explique Sabine Kröger, professeure au département d'économique de l'Université Laval.

À lire aussi:
L'histoire d'un cassé devenu riche
Cinq destructeurs de richesses à neutraliser

À la une

La Bourse de Toronto termine en baisse de plus de 350 points

Mis à jour à 16:53 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street termine aussi dans le rouge, déprimée par les taux obligataires.

Bourse: les gagnants et les perdants du 29 mai

Mis à jour il y a 15 minutes | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Dollarama, Banque Scotia et Alimentation Couche-Tard

Que faire avec les titres de Dollarama, Banque Scotia et Alimentation Couche-Tard? Voici des recommandations d’analystes