Trois nouvelles formations

Publié le 01/09/2012 à 00:00, mis à jour le 21/09/2012 à 13:15

Trois nouvelles formations

Publié le 01/09/2012 à 00:00, mis à jour le 21/09/2012 à 13:15

Longtemps réservé au secteur manufacturier, le génie industriel investit plusieurs autres sphères d'activités, dont celle de la santé. L'École Polytechnique de Montréal offre ainsi depuis cet automne une maîtrise en génie industriel, option ingénierie des systèmes de santé.


« C'est une expertise qui fait défaut. Les gestionnaires d'établissements de santé en ont cruellement besoin », signale Nathalie de Marcellis-Warin, professeure en génie industriel et responsable du programme.


« L'idée de se servir du génie industriel pour améliorer la gestion en santé est une approche nouvelle au Québec », indique la professeure. Elle suscite beaucoup d'intérêt notamment chez les étudiants en génie biomédical qui souhaitent s'orienter vers la gestion de projets.


Le génie industriel peut notamment aider à mieux gérer les coûts du système de santé, optimiser les flux de matériel et de personnel, mais aussi améliorer l'ergonomie des lieux de travail.


« Le défi consiste à adapter les outils du génie industriel aux réalités du milieu de la santé, où le facteur humain est très important », précise Nathalie de Marcellis-Warin.


Comment appliquer au domaine de la santé les principes du Lean management, qui vise notamment à éliminer les gestes répétitifs ? « Si l'on tient compte du facteur humain, l'approche se modifie, car certains gestes, même redondants, offrent à l'infirmière le temps nécessaire pour sécuriser le patient et répondre à ses craintes », précise la professeure.


Stages renforcés à l'Université Laval


Le génie industriel est également d'actualité à la Faculté des sciences et de génie de l'Université Laval, qui vient de lancer son premier programme dans ce domaine.


« Cette formation n'était pas disponible dans la région de l'Est du Québec », explique Denis Bussière, directeur exécutif de la Faculté des sciences et de génie. Selon lui, la création du programme évitera aux étudiants de Québec de devoir déménager à Montréal pour étudier le génie industriel.


De plus, la Faculté se lance dans une importante refonte de tous ses programmes de formation en génie, qui devrait s'appliquer dès l'an prochain. « Nous avons décidé de renforcer nos stages en milieu de travail. Présentement, nos étudiants en génie ne font qu'un stage, à la fin du baccalauréat. Avec la refonte, ils pourront faire trois stages, un à chaque été, pendant leur formation. »


Les étudiants auront ainsi l'occasion d'acquérir davantage d'expérience. Et les employeurs, qui se servent souvent des stages pour repérer et recruter leurs futurs employés, y trouveront leur compte.



image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

L'international, ça se cultive !
Mis à jour le 21/09/2012

L'avis d'un patron
Mis à jour le 21/09/2012

L'homme au coeur de l'avion de demain
Mis à jour le 21/09/2012

À la une

CDPQ: un nouveau fonds d'investissement pour le secteur de l'IA

Il servira à propulser des entreprises qui développent ou commercialisent des produits qui touchent ce secteur.

Défi Start-up 7: Biotifull poursuit son chemin

ENTREVUE. La start-up Biotifull a parcouru beaucoup de chemin depuis la 2e édition du Défi Start-up 7.

Défi Start-up 7: pourquoi intégrer un espace de co-travail?

ENTREVUE. Pourquoi les entrepreneurs devraient-ils considérer l'option d'intégrer un espace de co-travail?