L'avis d'un patron

Publié le 01/09/2012 à 00:00, mis à jour le 21/09/2012 à 13:14

L'avis d'un patron

Publié le 01/09/2012 à 00:00, mis à jour le 21/09/2012 à 13:14

Lorsqu'il effectuait sa maîtrise en sciences appliquées à l'Université de Sherbrooke au début des années 1980, Charles Chebl ne voyait pas beaucoup d'étudiants faire des sessions de formation ou des stages à l'extérieur du Québec. Aujourd'hui, le vice-président directeur de l'unité d'exploitation Infrastructures et Construction de SNC-Lavalin dit en voir beaucoup plus. Et il s'en réjouit.

« C'est devenu une nécessité !

La mondialisation exige d'autres habiletés que des connaissances purement techniques », dit-il, en précisant que SNC-Lavalin réalise plus de la moitié de son chiffre d'affaires à l'étranger et qu'on y parle plus de 80 langues.

« Travailler à l'étranger, ce n'est pas toujours les Champs-Élysées. On peut avoir à se déplacer vers des régions très éloignées, qui sont dénuées de tout. Et parfois seuls, sans sa famille, pendant des périodes de deux ou trois mois », dit-il.

Cela exige des qualités d'autonomie et de débrouillardise, que les expériences étudiantes à l'étranger permettent de développer.

C'est pourquoi, martèle le dirigeant, il est vital que les ingénieurs de demain pensent à faire au moins un stage à l'extérieur du pays.

À la une

Voici le jury de la 6e édition du Défi Start-up Les Affaires

06/05/2021 | lesaffaires.com

DÉFI START-UP. Serge Beauchemin, Anne Marcotte, Éric Labelle et Marine Thomas sont les membres du jury cette année.

Défi Start-up: les éléments d'un bon «elevator pitch»

06/05/2021 | Denis Lalonde

BALADO. Comment faire bonne impression auprès d'investisseurs potentiels en moins de 2 minutes? Anne Marcotte explique.

Inscrivez-vous au Défi Start-Up!

30/04/2021 | lesaffaires.com

Les Affaires est à la recherche de la start-up qui va révolutionner le futur. Ça pourrait être la vôtre!