L'avis d'un patron

Publié le 01/09/2012 à 00:00, mis à jour le 21/09/2012 à 13:14

L'avis d'un patron

Publié le 01/09/2012 à 00:00, mis à jour le 21/09/2012 à 13:14

Lorsqu'il effectuait sa maîtrise en sciences appliquées à l'Université de Sherbrooke au début des années 1980, Charles Chebl ne voyait pas beaucoup d'étudiants faire des sessions de formation ou des stages à l'extérieur du Québec. Aujourd'hui, le vice-président directeur de l'unité d'exploitation Infrastructures et Construction de SNC-Lavalin dit en voir beaucoup plus. Et il s'en réjouit.

« C'est devenu une nécessité !

La mondialisation exige d'autres habiletés que des connaissances purement techniques », dit-il, en précisant que SNC-Lavalin réalise plus de la moitié de son chiffre d'affaires à l'étranger et qu'on y parle plus de 80 langues.

« Travailler à l'étranger, ce n'est pas toujours les Champs-Élysées. On peut avoir à se déplacer vers des régions très éloignées, qui sont dénuées de tout. Et parfois seuls, sans sa famille, pendant des périodes de deux ou trois mois », dit-il.

Cela exige des qualités d'autonomie et de débrouillardise, que les expériences étudiantes à l'étranger permettent de développer.

C'est pourquoi, martèle le dirigeant, il est vital que les ingénieurs de demain pensent à faire au moins un stage à l'extérieur du pays.

À la une

Bourse: Wall Street termine mitigée, le Nasdaq sur un record

Mis à jour le 20/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a conclu en ordre dispersé lundi.

OpenAI veut changer la voix de ChatGPT, trop proche de celle de Scarlett Johansson

20/05/2024 | AFP

L’entreprise a assuré que la voix de «Sky» n'avait pas été développée en se basant sur la voix de Mme Johansson.

Microsoft intègre l’IA générative directement dans ses PC

20/05/2024 | AFP

Selon Microsoft, plus de 50 millions de «PC IA» seront vendus dans les douze mois à venir.