L'homme au coeur de l'avion de demain

Publié le 01/09/2012 à 00:00, mis à jour le 21/09/2012 à 13:16

L'homme au coeur de l'avion de demain

Publié le 01/09/2012 à 00:00, mis à jour le 21/09/2012 à 13:16

C'est parce qu'il voulait devenir « le meilleur ingénieur en aérodynamique du monde » que Fassi Kafyeke est devenu la tête pensante des technologies stratégiques chez Bombardier Aéronautique. Et ce n'est pas une mince affaire, car le chercheur d'origine congolaise doit voir loin. Très loin...

Son job : rassembler les informations indispensables pour saisir les tendances et les lignes de force qui orienteront le développement des sites de production de Montréal, Toronto et Wichita de Bombardier Aéronautique.

Afin d'y arriver, le docteur en génie mécanique de l'École Polytechnique de Montréal lit « beaucoup » de publications techniques et participe au plus grand nombre de conférences et salons industriels possible. Il mise beaucoup sur son réseau de contacts professionnels afin de partager de nouvelles idées et d'en évaluer la pertinence.

Force de persuasion

Mais son défi comporte une tout autre dimension, à la fois humaine et stratégique : la mobilisation des ressources de l'entreprise.

« Il faut convaincre les gestionnaires de Bombardier Aéronautique de la validité de nos conclusions, ce qui ne va jamais de soi », dit-il.

Un exemple : lors de la conception du CSeries, son équipe a dû persuader les gestionnaires de Bombardier que des freins électriques étaient préférables aux traditionnels freins hydrauliques. « Ce n'était pas gagné d'avance ! » se souvient-il.

La référence de l'entreprise en R-D

Fassi Kafyeke a choisi de s'établir au Québec en 1982, poussé par sa passion des avions. Embauché comme chercheur au laboratoire de recherche de Canadair, il est peu à peu devenu la référence de l'entreprise en aérodynamique. « Je voulais être le meilleur aérodynamicien de mon industrie », dit-il.

Son rôle de chercheur l'amène à élargir graduellement ses champs d'expertise jusqu'à ce que l'entreprise lui propose, en 1992, de passer de l'autre côté de la barrière, dans l'univers de la gestion.

« C'est un choix que je n'ai jamais regretté. Je peux maintenant réfléchir aux avions de demain », dit-il.

À la tête d'un groupe d'une vingtaine de personnes, l'ingénieur répartit et supervise les budgets de R-D de l'entreprise. Il cherche à réduire le poids des avions, à améliorer leur performance technique, à diminuer leur empreinte écologique et à accroître le confort des passagers.

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

L'international, ça se cultive !
Mis à jour le 21/09/2012

L'avis d'un patron
Mis à jour le 21/09/2012

Trois nouvelles formations
Mis à jour le 21/09/2012

À la une

10 choses à savoir jeudi

Une acquisition prometteuse pour Lightspeed, les BIXI enfin dans Google Maps, Ford veut un émoticône pour son F-150.

Première: McConnell lance un accélérateur de finance de solutions

BLOGUE. Le fédéral a créé un fonds de 755M$ en finance sociale. Cet accélérateur aidera les organisations à y accéder.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

07:00 | LesAffaires.com et AFP

Aux États-Unis, certaines publications de résultat ont par ailleurs déçu, hier.