É-U: un responsable de la Fed prévoit toujours une baisse des taux en 2024

Publié le 15/04/2024 à 12:28

É-U: un responsable de la Fed prévoit toujours une baisse des taux en 2024

Publié le 15/04/2024 à 12:28

Par AFP

(Photo: 123RF)

Washington — Le président de la Fed de New York, John Williams, continue de voir les taux commencer à baisser en 2024, a-t-il dit lundi, malgré le rebond de l’inflation ces derniers mois et une économie toujours vigoureuse.

«Nous devrons à un moment donné entamer un processus pour ramener les taux d’intérêt à des niveaux plus normaux. Et mon propre point de vue est que ce processus commencera probablement cette année», a déclaré John Williams sur Bloomberg TV.

«Je pense que la politique monétaire est actuellement bien placée», a-t-il continué.

L’inflation, après avoir rapidement baissé au cours de derniers mois de 2023, a rebondi depuis janvier. Elle s’est établie en mars à 3,5% sur un an contre 3,2% en février, selon l’indice CPI du département du Travail, sur lequel sont indexées les retraites.

Par conséquent, la banque centrale américaine (Fed), qui avait relevé ses taux pour lutter contre l’inflation, risque d’attendre avant de les abaisser, afin d’éviter un rebond supplémentaire des prix.

Les acteurs du marché, qui anticipaient encore récemment une première baisse lors de la réunion de juin, tablent désormais plutôt sur celle de septembre, selon l’évaluation de CME Group.

«Je pense que l’économie continuera de croître à un rythme solide cette année, probablement pas aussi élevé» qu’en 2023, lorsque la croissance s’est élevée à 3,4% en rythme annualisé, «mais de l’ordre de 2%», selon le président de la Fed de New York, qui dispose d’un droit de vote permanent au sein du comité de politique monétaire de l’institution.

Les chiffres des ventes au détail aux États-Unis publiés lundi ont montré une progression plus forte qu’attendu en mars, à +0,7% par rapport à février.

«Les dépenses de consommation ont été fortes. Je pense que cela repose sur des fondamentaux solides. La croissance de l’emploi a été solide. Nous avons constaté des gains de salaires réels dans une économie assez forte et avec une bonne croissance», a commenté John Williams.

«Nous bénéficions d’un bon vent favorable du côté de l’offre de l’économie, d’une bonne croissance de la main-d’œuvre, d’une forte productivité et de bonnes hausses de salaires réels. Donc avec ça, les consommateurs dépensent», a-t-il ajouté.

Quant aux tensions au Moyen-Orient, John Williams a souligné qu’il «ne considère pas cela comme un facteur majeur des prévisions globales en matière de croissance économique ou d’inflation».

Sur le même sujet

Des responsables de la Fed prêts à relever les taux

22/05/2024 | AFP

C’est ce qu’indiquent les minutes de la réunion de la Fed des 30 avril et 1er mai.

É.-U.: un gouverneur de la Fed juge de nouvelles hausses des taux «probablement inutiles»

21/05/2024 | AFP

Les taux de la banque centrale américaine se trouvent depuis juillet à leur plus haut niveau en 20 ans.

À la une

Ce projet de loi affectera toutes les entreprises

ANALYSE. Le projet de loi sur l’énergie que Pierre Fitzgibbon déposera d’ici le 7 juin sera structurant pour le Québec.

Électricité: un manufacturier sur trois en manque

23/05/2024 | François Normand

Près de 75% des entreprises des secteurs manufacturier et industriel retardent des projets ou des investissements.

Bourse: nouveau record pour le Nasdaq

Mis à jour il y a 27 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le TSX a repris l'essentiel des pertes subies jeudi.