Politiques monétaires: quel est le risque du scénario modéré?

Publié le 16/04/2024 à 13:20

Politiques monétaires: quel est le risque du scénario modéré?

Publié le 16/04/2024 à 13:20

Par Pierre Lussier

(Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. La croissance économique est révisée à la hausse. Auparavant, pour 2024, les prévisions variaient entre 0,8% et 1,5%. Maintenant, elles vont de 1,4% à 2,7%. 

 

Quant à l’inflation, son taux est revu légèrement à la baisse.

Auparavant, pour 2024, les prévisions variaient entre 2,4% et 3,2%. Maintenant, elles vont de 2,4% à 2,8%. L’objectif de 2% pourrait être atteint en 2025, selon le FMI. Les autres institutions ne sont pas loin à 2,2%.

Observations

1. Si les prévisions se réalisent, il s’agirait d’un scénario optimal, soit une croissance économique modérée avec un taux d’inflation près du 2% visé.

2. Il y a un an, certains observateurs, surtout des stratégistes, voyaient un atterrissage pénible («hard landing»). Ils sont maintenant dans le camp d’un atterrissage en douceur («soft landing»). Les marchés —boursiers, pas obligataires— estiment que la Réserve fédérale américaine (Fed) va commencer à baisser son taux directeur au cours de 2024.

 

Risques au scénario modéré

1. Normalement, la Fed abaisse son taux directeur lorsqu’elle estime qu’il y a danger de ralentissement économique sensible —euphémisme pour récession— et que le taux d’inflation n’est pas dangereusement élevé.

Une baisse du taux d’intérêt est une des flèches —munitions— qu’elle possède dans son carquois.

Or, contre toute attente, si la politique monétaire a eu un effet positif sur le taux d’inflation, la croissance économique, elle, s’est surprenamment bien comportée, considérant que l’histoire a démontré que les hausses substantielles de taux d’intérêt ont créé des récessions qui ont commencé en dedans de 18 mois après le début des hausses. Or, cette fois-ci, 24 mois après le début des hausses (mars 2022), toujours pas de récession.

La croissance économique, avec l’effet de richesse (hausse de valeurs des maisons et des portefeuilles boursiers, ferait qu’il n’y aurait tout simplement pas d’atterrissage («no landing»). Et les autorités monétaires ne baisseraient pas leur taux d’intérêt.

Si ce scénario se réalise, il se pourrait que les participants aux marchés projettent leur déception dans la valeur des titres boursiers, d’autant plus qu’avec la sensible hausse des derniers mois, les mesures de sentiment reflètent un haut niveau d’optimisme.

 

2. Si ces grandes institutions, comme la majorité des prévisionnistes, n’ont jamais été en mesure de prévoir un an d’avance les récessions, il demeure que pour prévoir la direction de la croissance économique, elles ont été relativement bonnes.

Toutefois, il se pourrait que la majorité des indicateurs qui annonçaient une récession livre finalement la marchandise.

 

3. Le facteur géopolitique mondial est toujours aléatoire et ses effets sur le cours du pétrole aussi.

 

Réserve importante: ces observations ont été faites sur des données historiques qui ne sont pas garantes du futur.

Sources des données: Banque Mondiale. Réserve fédérale américaine. FMI. Nations-Unies. OCDE. The Bureau of Economic Analysis.

 


Inscrivez-vous à notre infolettre thématique:

Finances personnelles — Tous les vendredis

Inspirez-vous des conseils de nos experts en planification financière et de toutes les nouvelles pouvant affecter la gestion de votre patrimoine.

Sur le même sujet

Bourse: les résultats des 7 magnifiques au 1T

24/05/2024 | lesaffaires.com

D'Apple à Nvidia, qui a dépassé les attentes ou déçu les marchés.

Bourse: les gagnants et les perdants du 24 mai

Mis à jour le 24/05/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

OPINION Les titres boursiers qui ont retenu l'attention cette semaine
24/05/2024 | Lesaffaires.com et Refinitiv
Bourse: nouveau record pour le Nasdaq
Mis à jour le 24/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Les nouvelles du marché du vendredi 24 mai
Mis à jour le 24/05/2024 | Refinitiv

À la une

Ce projet de loi affectera toutes les entreprises

24/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Le projet de loi sur l’énergie que Pierre Fitzgibbon déposera d’ici le 7 juin sera structurant pour le Québec.

Électricité: un manufacturier sur trois en manque

23/05/2024 | François Normand

Près de 75% des entreprises des secteurs manufacturier et industriel retardent des projets ou des investissements.

Bourse: les résultats des 7 magnifiques au 1T

24/05/2024 | lesaffaires.com

D'Apple à Nvidia, qui a dépassé les attentes ou déçu les marchés.