Bienvenue au «takeoff», le prochain mot à la mode

Publié le 18/04/2024 à 11:21

Bienvenue au «takeoff», le prochain mot à la mode

Publié le 18/04/2024 à 11:21

Par John Plassard

(Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. «Hard landing», «soft landing» ou encore «no landing»… Les termes concernant le cycle économique américain n’ont pas cessé d’évoluer en fonction de la persistance de la vigueur économique et de l’inflation de la première économie mondiale. Cependant, préparez-vous à entendre parler d’un nouveau terme: le «takeoff».

 

Les faits

Le président de la Réserve fédérale américaine (Fed), Jerome Powell, a déclaré lors d’une table ronde au Wilson Center à Washington mardi que les données récentes sur l’inflation indiquent que la banque centrale pourrait avoir besoin de plus de temps pour se sentir à l’aise dans l’abaissement des taux d’intérêt.

Selon lui, compte tenu de la solidité du marché du travail et des progrès réalisés jusqu’à présent en matière d’inflation, il convient d’accorder plus de temps à la politique restrictive et de laisser les données et l’évolution des perspectives guider la Fed.

 

Le fameux «higher for longer»…

Si le «soft landing» dominait nettement le consensus depuis près d’une année, c’est maintenant au tour du «no landing» de prendre de l’ampleur (selon le sondage de la BofA) suite à la résilience de l’économie américaine. Le «hard landing» étant remis aux calendes grecques. 

Cependant, on a constaté dernièrement que l’inflation reprenait son ascension et que les tensions géopolitiques pourraient bouleverser les scénarios des banques centrales. 

Dans le cas d’un emballement des prix, la Fed pourrait devoir tenter une nouvelle fois de relever ses taux pour arriver à son objectif de 2% d’inflation. C’est ce que l’on appelle le «takeoff» (qui n’est rappelons-le pas notre scénario aujourd’hui)…  

 

Rappel des définitions

Le terme «atterrissage» («landing»), qui trouve son origine dans l’aviation et qui est couramment utilisé pour décrire l’atterrissage d’un avion, est également devenu un concept courant en économie.

Dans les cas où l’inflation devient grave en raison d’une croissance économique rapide, les pays peuvent choisir de mettre en œuvre des politiques monétaires restrictives pour limiter l’inflation.

Il en résulte une diminution de la demande et une réduction potentielle, voire un retournement négatif, de la croissance économique, ce qui est similaire à l'acte d'«atterrissage». 

Qu’est-ce qu’un «hard landing», un «soft landing» et un «no landing»? 

 

  • Un atterrissage brutal («hard landing») peut se produire lorsque la banque centrale augmente les taux d’intérêt trop fortement ou trop rapidement pour maîtriser une inflation croissante, mais oriente finalement l’économie vers une récession. Un atterrissage brutal se caractérise par un déclin rapide de l’économie, des taux de chômage plus élevés et une activité économique réduite.
  • Un atterrissage en douceur («soft landing») peut être obtenu lorsque la banque centrale augmente progressivement les taux d’intérêt, ce qui permet de stabiliser l’économie et d’éviter une récession ou un taux de chômage élevé.
  • La possibilité d’un scénario de «non-atterrissage» («no landing») pour l’économie américaine est un sujet très débattu, alors que la Réserve fédérale s’efforce de réduire l’inflation en procédant à plusieurs séries de hausses des taux d’intérêt. Le no landing se traduirait par une croissance économique américaine qui reste solide. L’inflation de base resterait stable, à un ou deux points de pourcentage au-dessus des objectifs de la banque centrale, ce qui encouragerait les décideurs à maintenir les taux d’intérêt à leurs niveaux actuels.

 

Qu’est-ce que le «takeoff»?

Le «takeoff» («décollage») est le début d’un vol, lorsqu’un avion quitte le sol. Cela peut donc aussi s’appliquer à l’économie. Le «takeoff» signifierait que face à une inflation qui repart à la hausse (notamment à cause des tensions géopolitiques), la Fed est contrainte d’augmenter ses taux afin de (tenter de) précipiter l’économie américaine en récession (et ainsi faire baisser la demande).

 

Cliquez sur suivant pour lire: Pourquoi relever les taux?

Sur le même sujet

Vous reprendrez bien un peu de vitamine D?

17/04/2024 | John Plassard

EXPERT INVITÉ. Le marché de la vitamine D est fortement caractérisé par la demande croissante de suppléments.

Fatigué de la «shrinkflation»? Bienvenue dans la «skimpflation»!

16/04/2024 | John Plassard

EXPERT INVITÉ. La dégradation de la qualité est une thématique qui ne date pas d’aujourd’hui.

À la une

OBNL: le sentiment d’imposture bien plus présent chez les femmes que les hommes

28/05/2024 | Emmanuel Martinez

Le sentiment d’imposture est plus présent chez les femmes que chez les hommes qui siègent sur les CA d’OBNL québécoises.

Adaptation au climat: les entreprises doivent se préparer au pire

28/05/2024 | François Normand

Le Groupe d’experts en adaptation aux changements climatiques (GEA) a publié un rapport crucial pour le Québec.

Climat: le GEA recommande de la «cohérence gouvernementale»

Mis à jour le 28/05/2024 | La Presse Canadienne

Les membres du GEA ont publié une liste de 20 recommandations, soutenues par plus de 90 moyens.