CGI élimine 1600 postes, mais embauche davantage

Publié le 02/08/2017 à 12:32, mis à jour le 02/08/2017 à 15:50

CGI élimine 1600 postes, mais embauche davantage

Publié le 02/08/2017 à 12:32, mis à jour le 02/08/2017 à 15:50

Par Yannick Clérouin

La forte demande des entreprises pour la numérisation et l’automatisation de tâches comme dans le milieu bancaire ou la cybersécurité incite Groupe CGI(GIB.A, 64,15$) à devancer des investissements et à embaucher de nouveaux spécialistes. Quelque 1600 employés oeuvrant dans des secteurs plus traditionnels perdront toutefois leur poste.

Le groupe informatique montréalais a annoncé au même moment que ses résultats du troisième trimestre qu’il engagera des coûts de restructuration avant impôt de 165M$ au cours de la prochaine année pour s’adapter aux besoins changeants de sa clientèle.

Au cours de la téléconférence avec les analystes, la direction de CGI a précisé qu’elle allait continuer d’embaucher des employés afin de répondre à une demande accélérée pour ses services axés sur le numérique, l’automatisation, la cybersécurité et l’informatique en nuage.

Elle va en contrepartie réduire ses effectifs de 1600 salariés dans les créneaux où la demande est en déclin et dont les ressources sont sous-exploitées.

Au net, il va y avoir une croissance du nombre de salariés, a dit George D. Schindler, président et chef de la direction de CGI.

«Il y a plus de 3000 postes affichés à l'échelle mondiale», nous a précisé un porte-parole de CGI. Seulement à Montréal, environ 200 postes sont à pourvoir. L'entreprise cherche notamment à recruter des spécialistes en cybersécurité, en fintech ou encore en analyse de données.

Le PDG de CGI a mentionné aux analystes que le virage de la demande «est généralisé». «L’automatisation est considérée dans chaque industrie et ce, dans tous les marchés.»

L'automatisation s'accélère notamment dans le monde bancaire, comme l'a expliqué en entrevue le chef de l'exploitation du géant suisse UBS à Business Insider ce mercredi. Ou encore Louis Vachon, PDG de la Banque Nationale plus tôt cette année dans Les Affaires. Autre exemple récent portant sur l'automatisation au Canada, le principal épicier du pays, Loblaw, a indiqué il y a quelques jours qu'il allait accélérer l'automatisation de fonctions pour mieux absorber la hausse du salaire minimum.

Les investisseurs ont accueilli tièdement les résultats et les investissements annoncés par CGI, l’action reculant de 3,4% à la mi-séance. Celle-ci se retrouve ainsi dans le rouge en 2017, affichant une baisse de 0,39%.

CGI a dévoilé un bénéfice inférieur aux attentes à son troisième trimestre, en raison notamment de la faiblesse de ses marges bénéficiaires. Le carnet de commandes a aussi baissé par rapport au trimestre précédent, passant de 20,97G$ à 20,8G$. Lisez notre texte sur les résultats complets.

À suivre dans cette section


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

GES : le Québec en voie de rater ses cibles en 2030

On observe toujours plus de véhicules par 1000 habitants, sans parler d’une plus grande proportion de camions légers.

Les 6 points chauds où éviter de faire des affaires en 2020

Il y a 57 minutes | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Corruption, extorsion, risque d'enlèvement... Les dangers sont de plus en plus élevés à l'étranger.

L'accord avec Pékin, un répit au secteur technologique américain

Il y a 24 minutes | AFP

L'accord maintien en vigueur de nombreux autres tarifs douaniers.