Zola vaut-il mieux qu'un MBA?

Publié le 15/05/2013 à 09:41, mis à jour le 15/05/2013 à 09:41

Zola vaut-il mieux qu'un MBA?

Publié le 15/05/2013 à 09:41, mis à jour le 15/05/2013 à 09:41

Un credo : la rotation rapide des stocks

«La clé de voûte du système mis en place par le directeur du Bonheur des dames est la rotation très rapide des stocks. L’enquête minutieuse de Zola lui a révélé que le rayon de mode du magasin du Louvre renouvelait son stock cinquante-quatre fois dans l’année, contre deux fois pour les boutiques traditionnelles!

«Toute la stratégie du commerce nouveau repose sur une logique de volume, résumée dans cette formule simple : «Vendre bon marché pour vendre beaucoup et vendre beaucoup pour vendre bon marché». Ce mot d’ordre ne tolère aucune exception : «C’était la règle de la maison, on balayait tout chaque année, on vendait à soixante pour cent de perte, plutôt que de garder un modèle ancien ou une étoffe défraîchie».

«Pour obtenir cet écoulement rapide de la marchandise, les prix bas sont accompagnés d’un changement complet des règles du jeu. Une des nouveautés les plus radicales, pour l'époque, est la «marque en chiffres connus», autrement dit l’affichage des prix. «Ensuite, il célébra la marque en chiffres connus. La grande révolution des nouveautés partait de cette trouvaille. Si l’ancien commerce, le petit commerce agonisait, c’était qu’il ne pouvait soutenir la lutte des bas prix, engagée par la marque. Maintenant, la concurrence avait lieu sous les yeux mêmes du public, une promenade aux étalages établissait les prix.»

«Cette plus grande transparence s’accompagne d’une politique d’achat agressive, qui renverse le rapport de force avec les fournisseurs. En contrepartie de volumes importants, les grandes maisons de soierie lyonnaises sont «à genoux devant les grands magasins», d’autant que leur outil de production important ne leur permet pas de se brouiller avec les grands acheteurs du marché.

«C’est ce qu’explique l’un des soyeux au petit marchand Robineau : «J’en connais trois ou quatre qui se les disputent, qui consentent à perdre pour obtenir leurs ordres. Et ils se rattrapent avec les petites maisons comme la vôtre. Oui, s’ils existent par eux, ils gagnent par vous…» Les dindons de la farce sont les petites boutiques à l’ancienne.

Une gestion du personnel anonyme et brutale

«Dans le domaine crucial de la gestion du personnel (le Bonheur des dames compte 1 500 vendeurs, et un total de 2 500 employés!), Octave Mouret met également en place des pratiques novatrices… et brutales.

«Il n’hésite pas à attiser les rivalités de ses employés et les traite comme des numéros. Ainsi, au début de chaque été, il se débarrasse sans état d’âme de son excès de personnel :

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...