À la mode de chez nous

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Juin 2015

À la mode de chez nous

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Juin 2015

slide-image

Marie Saint Pierre

[Photo : Jérôme Lavallée]

Marie Saint Pierre
slide-image

Marie Saint Pierre

Marie Saint Pierre a ouvert, à la mi-mai, une boutique dans le quartier effervescent de Wynwood, à Miami.

Marie Saint Pierre
slide-image

Marie Saint Pierre

Marie Saint Pierre
slide-image

Denis Gagnon

[Photo : Jérôme Lavallée]

Denis Gagnon
slide-image

Denis Gagnon

La tanière de la star de la mode québécoise est située dans un sous-sol de la rue Saint-Paul Ouest, dans le Vieux-Montréal.

Denis Gagnon
slide-image

Denis Gagnon

Denis Gagnon
slide-image

Denis Gagnon

Denis Gagnon
slide-image

Ève Gravel

Au tournant d'un couloir gris et sans charme surgit un vaste espace blanc et lumineux dont les fenêtres multiples offrent une vue panoramique sur le mont Royal. Bienvenue dans l'atelier de la créatrice de mode Ève Gravel !

[Photo : Jérôme Lavallée]

Ève Gravel
slide-image

Ève Gravel

Ève Gravel
slide-image

Ève Gravel

Ève Gravel
slide-image

Philippe Dubuc

[Photo : Jérôme Lavallée]

Philippe Dubuc
slide-image

Philippe Dubuc

Depuis l'automne dernier, le créateur montréalais a pignon sur rue dans le Vieux-Montréal, un secteur mieux adapté au marché du luxe que la rue Saint-Denis, où il a tenu boutique pendant 18 ans.

Philippe Dubuc
slide-image

Philippe Dubuc

Depuis l'automne dernier, le créateur montréalais a pignon sur rue dans le Vieux-Montréal, un secteur mieux adapté au marché du luxe que la rue Saint-Denis, où il a tenu boutique pendant 18 ans.

Philippe Dubuc
slide-image

Rad Hourani

[Photo : Jérôme Lavallée]

Rad Hourani
slide-image

Rad Hourani

Une galerie. C'est ainsi que Rad Hourani désigne le point de vente qu'il a ouvert il y a un an dans le Vieux-Montréal. Il préfère ce mot à celui de boutique, car il lui correspond davantage.

Rad Hourani
Rad Hourani : redéfinir les codes

Une galerie. C'est ainsi que Rad Hourani désigne le point de vente qu'il a ouvert il y a un an dans le Vieux-Montréal. Il préfère ce mot à celui de boutique, car il lui correspond davantage.

«Mon travail est un style de vie au moyen duquel je veux exprimer l'art, la photo, le cinéma, le design, la musique, explique celui qui est également photographe. Dans mes espaces, j'aime pouvoir faire une projection vidéo, une exposition de photos ou de livres d'artistes.»

Contrairement aux créateurs qui font appel à des designers d'intérieur, il a pensé lui-même l'aménagement de sa galerie. Un espace qu'il a voulu le plus épuré possible en privilégiant le blanc et le noir. Il a opté pour un éclairage lui aussi blanc, plutôt que jaune, et pour l'absence totale de courbes afin de refléter ses créations empreintes d'une esthétique graphique et moderne.

Ce minimalisme s'accorde bien avec la neutralité de genre des pièces conçues par M. Hourani. Depuis huit ans, les vêtements unisexes sont devenus la marque de commerce de ce créateur, qui remet en cause les codes et refuse les frontières. Sa clientèle, composée d'autant d'hommes que de femmes, présente donc un profil très varié.

«Mes créations vont à tous ceux qui savent comment porter un vêtement et l'agencer à leur garde-robe, explique-t-il. Souvent, les gens sont surpris au départ, mais me disent qu'ils deviennent vite "addicts".»

En 2013, M. Hourani est devenu le premier Canadien à intégrer le cercle très fermé de la haute couture parisienne, défilant lors de la Semaine de la mode à Paris. Né en Jordanie et arrivé à Montréal à 16 ans, il est désormais souvent à Paris, où il a ouvert une galerie en 2012 pour présenter notamment ses collections aux acheteurs des 30 pays dans lesquels ses vêtements sont vendus.

«Il faut être présent là-bas, car les acheteurs et la presse du monde entier y sont, insiste-t-il. Plus on s'expose à l'international et plus on gagne en visibilité.» Paris n'est pas la seule scène où brille M. Hourani, qui a aussi défilé à New York à plusieurs reprises.

Près de ses sous-traitants

Sa production reste exclusivement située à Montréal où, au fil des ans, il a développé un réseau de sous-traitants avec lesquels il a l'habitude de travailler. «C'est important pour moi de savoir qui coud mes vêtements, et que ce ne soient pas des enfants ou des personnes maltraitées qui le font». Environ 60 % de la production est confiée à des prestataires externes. Le reste, surtout des vestes et des trenchs plus compliqués à confectionner, est fabriqué dans son atelier, situé au même endroit que sa galerie. En tout, 8 000 pièces sont réalisées chaque année.

Ambitieux et fonceur, M. Hourani reste un homme d'affaires prudent. À l'aide de son équipe de 10 personnes, il recherche avant tout l'équilibre, loin de toute extravagance.

«On investit, on essaye de gérer intelligemment les rentrées d'argent et de ne jamais aller dans l'extrême, précise-t-il. Je veux éviter de mettre mon nom en danger, car c'est ma vie ! Ce n'est pas une entreprise que l'on peut fermer pour en ouvrir une autre.» C'est d'ailleurs grâce à ses propres économies qu'il a monté sa première collection en 2006.

Ce souci de trouver le juste milieu se retrouve également dans la manière dont il prend ses décisions d'affaires. À la fois instinctif et rationnel, il sait qu'imagination doit rimer avec commercialisation. «Je suis plus attentif qu'avant à dessiner en fonction de ce qui se vend bien», reconnaît-il. Si, au départ, chaque modèle de prêt-à-porter n'était produit qu'à une dizaine d'exemplaires, ce chiffre peut grimper à 100 pour certaines pièces.

Alors que le secteur de la mode et du luxe accuse un retard dans le commerce en ligne, M. Hourani a réussi ce virage. La part de ses ventes effectuées sur sa boutique en ligne s'élève à 35 %. Son site, au design épuré et aux lignes carrées, reprend l'identité visuelle de sa galerie. «Je crois beaucoup au virtuel», affirme celui dont la marque est présente sur Facebook, Twitter et Instagram. C'est d'ailleurs lui qui prend la majorité des photos publiées sur le compte Instagram radhourani, qui compte près de 52 000 abonnés.

Près de neuf ans après ses débuts, le designer de 32 ans se dit «heureux d'avoir survécu». Il est parvenu non seulement à se tailler une place dans un secteur où la concurrence est âpre, mais aussi à imposer son concept de vêtements unisexes. «Je suis content d'avoir réussi à communiquer mon message, se félicite-t-il. Il y a toujours des hauts et des bas dans tout, mais, en ce moment, je vis plus des hauts et du plaisir !» - Fanny Bourel

À lire aussi:
Pédaler comme un pro
Le styliste personnel, indispensable pour une garde-robe bien garnie
Les joailliers québécois, entre tradition et modernité
«Nous avons un grand capital de créativité» - Lili Fortin, Tristan


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

À la une

COVID-19: dès vendredi, tous les commerces resserreront les règles

Il y a 56 minutes | La Presse Canadienne

Les contrevenants s’exposent à des amendes pouvant aller de 1000 $ à 6000 $ a dit Geneviève Guilbault.

À surveiller : Salesforce, Zoom et BMO

08:38 | Catherine Charron et Stéphane Rolland

Voici quelques recommandations d’analystes.

Salesforce confirme l'achat de Slack pour 27,7G$US

01/12/2020 | AFP

Avec l'achat de Slack, Salesforce pourra entrer en compétition plus frontale avec Microsoft.