Pédaler comme un pro


Édition du 20 Juin 2015

Pédaler comme un pro


Édition du 20 Juin 2015

Par Claudine Hébert

[Photo : Shutterstock]

Majorque, mi-février. Les terrasses en pierres sèches de la Serra de Tramuntana sont couvertes d'oliviers, de figuiers, de citronniers et d'un grand manteau blanc. De la neige ? Que non ! Ce sont des milliers de fleurs d'amandier dont le parfum embaume les routes sinueuses et les cols de la plus montagneuse des îles Baléares, situées au large de l'Espagne.

À lire aussi:
À la mode de chez nous
Le styliste personnel, indispensable pour une garde-robe bien garnie
Les joailliers québécois, entre tradition et modernité
«Nous avons un grand capital de créativité» - Lili Fortin, Tristan

Dans ce décor féerique en pleine mer Méditerranée, des dizaines de pelotons de cyclistes ont commencé à prendre d'assaut les routes de l'île. La moitié d'entre eux ont les yeux rivés sur leur odomètre Garmin. De vraies machines. Au diable le paysage ! Ces rouleurs ne veulent faire aucun compromis sur la cadence, la distance franchie et la puissance générée par chaque coup de pédale. Et il y a les autres qui, les yeux pétillants, prennent le temps de contempler et d'immortaliser sur leur téléphone intelligent ce panorama agricole que l'UNESCO a inscrit au patrimoine mondial de l'humanité. Un peu rouillés et pompant l'air sec et salin à pleins poumons, ils regrettent de ne pas avoir fréquenté le gym plus souvent avant de traverser l'Atlantique. Gâtée par une température moyenne annuelle de 16 degrés Celsius, l'île de Majorque est devenue la destination coqueluche de nombreux mordus de vélo sur route qui veulent étirer le plus possible leur saison cycliste au printemps et à l'automne. Allemands, Français, Américains et Québécois s'y côtoient. Et plusieurs équipes professionnelles débarquent dans l'archipel des Baléares pour leur entraînement pré-tours.

Courir avec des champions

L'ancien coureur professionnel d'origine irlandaise Stephen Roche y a d'ailleurs établi son académie. Ce rare champion du triplé, soit le Tour de France, le Tour d'Italie et les championnats du monde dans la même année en 1987 (avant lui, seul Eddy Merckx avait réalisé l'exploit en 1974), organise depuis 20 ans des sorties vélos privées et de groupe sur toute l'île. «On sent une forte attirance de la part des cyclistes pour les destinations où ils peuvent côtoyer d'anciens professionnels du vélo. Tant qu'à investir quelque milliers de dollars pour s'équiper comme des pros, ils veulent rouler là où les coureurs le font», indique Alain Pelletier, gérant de la boutique Cycle Gervais Rioux, à Montréal. En plus de loger dans des établissements 4 étoiles, les cyclistes qui visitent l'île de Majorque ont l'occasion de participer à des stages pour améliorer leur performance. Un séjour de rêve accessible pour quelque 2 000 euros par semaine, sans compter le transport aérien. Les plus aisés, poursuit M. Pelletier, vont toutefois s'offrir «la coche» : une semaine en compagnie de l'ancien champion canadien Steve Bauer, dans les Alpes françaises. Si vous êtes prêts à payer 5 600 $, billet d'avion en sus, l'ex-coureur qui a porté le maillot jaune du Tour de France pendant neuf jours lors de l'édition 1990 vous entraînera au coeur des cols légendaires de l'Hexagone. Un petit groupe d'un maximum de 20 personnes peut participer à ce séjour exclusif qui a lieu au cours de la dernière semaine du Tour. Au menu cette année : quatre étapes du Tour, dont l'éprouvante Modane-Alpe D'Huez, un parcours de plus de 110 km qui compte deux cols (Télégraphe et Galibier) et une ascension finale de 13,8 km à 8,1 % incluant 21 virages. «L'itinéraire change chaque année. Il est conçu pour emprunter des sections du parcours de la présente édition du Tour de France» indique Josée Larocque, accompagnatrice et responsable de la logistique de Steve Bauer Bike Tours. Les cyclistes peuvent ainsi croiser les coureurs du Tour au départ ou à l'arrivée des étapes. À ce propos, le voyage se conclut à Paris, où les participants assistent à l'arrivée des coureurs sur les Champs Élysées. Populaire auprès des gens d'affaires du Canada, des États-Unis, du Japon, de l'Afrique du Sud et du Royaume-Uni, cette expérience haut de gamme comprend un ratio d'un d'accompagnateur pour quatre cyclistes, l'hébergement dans des établissements 4 étoiles (l'an dernier, tout le monde logeait dans un château privé), les petits-déjeuners, deux lunchs et quatre soupers, dont un dans un restaurant étoilé du Guide Michelin. Il y a aussi un gilet vélo souvenir, signé Steve Bauer. «Nous fournissons également des conseils pour aider les cyclistes à bien se préparer avant le départ», ajoute Mme Larocque.

À lire aussi:
À la mode de chez nous
Le styliste personnel, indispensable pour une garde-robe bien garnie
Les joailliers québécois, entre tradition et modernité
«Nous avons un grand capital de créativité» - Lili Fortin, Tristan

À la une

Reprendre le flambeau d'une entreprise sans se brûler

Voici comment un repreneur peut insuffler ses idées plus ambitieuses aux autres actionnaires.

Bourse: Wall Street finit en baisse, inquiète de la trajectoire de la Fed

Mis à jour à 17:10 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en baisse au terme d'une nouvelle séance volatile.

Titres en action: Rogers, McDonald's, Dow, STMicroelectronics, Nestlé

Mis à jour à 11:44 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.