Le styliste personnel, indispensable pour une garde-robe bien garnie

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Juin 2015

Le styliste personnel, indispensable pour une garde-robe bien garnie

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Juin 2015

Conscients du pouvoir des vêtements sur la perception d'autrui, de plus en plus de professionnels font appel à un styliste. «Bien des gens pensent que c'est un service réservé aux célébrités, mais ce n'est pas le cas. Les gens d'affaires constituent au moins 50 % de ma clientèle», indique Marie-Claude Pelletier, présidente et fondatrice de l'agence de stylisme Les Effrontés, qui donne aussi régulièrement des conférences sur le code vestimentaire au travail.

À lire aussi:
À la mode de chez nous
Pédaler comme un pro
Les joailliers québécois, entre tradition et modernité
«Nous avons un grand capital de créativité» - Lili Fortin, Tristan

À ses débuts, en 1999, l'agence Les Effrontés s'adressait uniquement aux hommes. «Je croyais que toutes les femmes aimaient magasiner et qu'elles n'avaient donc pas besoin de ce service. J'avais tort ! Aujourd'hui, 80 % de ma clientèle est féminine», dit Marie-Claude Pelletier.

Selon elle, ce sont surtout les hommes qui ont tendance à voir les vêtements comme des outils permettant de promouvoir leur carrière. «Les femmes, elles, cherchent plutôt à véhiculer des émotions.»

Acheter des conseils... et du temps

Plusieurs clients la consultent d'abord pour répondre à un besoin ponctuel. «Ils viennent parfois nous voir parce qu'ils ont été invités à un événement spécial, comme un bal, et qu'ils ne savent pas quoi porter. D'autres souhaitent rafraîchir leur garde-robe en prévision d'une promotion», explique Mme Pelletier, dont l'équipe compte une vingtaine de stylistes.

Il n'est pas rare que ce premier contact débouche sur une relation à long terme. «Les clients prennent vite goût à nos services, parce qu'en plus de les aider à trouver les habits qui leur seyent le mieux et de leur fournir des conseils sur l'entretien de ceux-ci, nous leur permettons de sauver un temps fou. Nous pouvons en effet écumer les boutiques à leur place ou faire du repérage afin de faciliter leurs séances de magasinage, prendre en charge les retouches, gérer leur garde-robe... Nous pouvons même faire leur valise lorsqu'ils partent en voyage d'affaires !»

L'agence s'assure également qu'aucune autre invitée ne portera la même tenue qu'une de leurs clientes lors d'une soirée mondaine. «Il nous arrive de collaborer avec des designers afin de créer des pièces sur mesure. Lorsque nous choisissons des morceaux en boutique, nous nous arrangeons pour qu'il y ait une liste de ce qui a été choisi et par qui», précise Mme Pelletier.

Le coût pour les services de base de l'agence (révision de la penderie, analyse de la silhouette, stylisme personnalisé ou séance de magasinage accompagnée) est de 375 $, prix des vêtements en sus. Pour les demandes qui dépassent le cadre des forfaits de base, le tarif horaire est de 125 $.

Le shopping personnalisé : l'expérience client ultime

Les agences de stylisme ne sont pas les seules à offrir des services-conseils en matière de mode. Grâce à leur équipe de commis aux commandes personnelles, des enseignes prestigieuses telles que Holt Renfrew et Ogilvy peuvent elles aussi venir en aide aux hommes et aux femmes à l'agenda débordé ou pour qui le magasinage est synonyme de torture.

«Ce service fonctionne un peu comme celui d'un styliste. Nos personal shoppers prennent d'abord le temps de discuter avec les clients afin de cerner leur personnalité et leur mode de vie, puis ils prennent leurs mensurations. Ils sélectionnent ensuite des vêtements qui répondent aux besoins définis et organisent des séances d'essayage», détaille Steeve Lapierre, vice-président marketing chez Ogilvy.

Là où les commis aux commandes personnelles se distinguent des stylistes, c'est dans la primeur et les exclusivités qu'ils peuvent offrir à leur clientèle. «Nos personal shoppers accompagnent parfois nos directeurs d'approvisionnement dans les salles de montre, où sont présentées les nouvelles collections», révèle Steeve Lapierre. Sachant ce qui est plus susceptible de plaire à leurs clients, ils peuvent ainsi influencer les achats de la maison. Par ailleurs, puisqu'ils travaillent à l'interne, ils sont les premiers à savoir quand les nouveautés arriveront sur les tablettes du magasin

À lire aussi:
À la mode de chez nous
Pédaler comme un pro
Les joailliers québécois, entre tradition et modernité
«Nous avons un grand capital de créativité» - Lili Fortin, Tristan

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

Sur le même sujet

De l'ambition et des investissements majeurs chez Yoga Jeans

04/02/2019 | Martin Jolicoeur

Le créateur de mode québécois prépare sa prochaine poussée de croissance. Une croissance qui sera «exponentielle».

Aritzia a conquis les fashionistas, reste les investisseurs

L'action du détaillant griffé de Vancouver est au même point qu'en 2016.

À la une

Quand la Chine avalera Hong Kong (2)

15/06/2019 | François Normand

ANALYSE - La liberté s'érode tranquillement, et cela représente un risque pour les entreprises et les investisseurs.

Avant la Fed, la Bourse se fige

Mis à jour le 15/06/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Le calme en Bourse occulte la fébrilité entourant la prochaine décision de la Fed.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

14/06/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quelles sont les entreprises qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la semaine?