Faire pousser les entreprises dérivées


Édition du 08 Novembre 2014

Faire pousser les entreprises dérivées


Édition du 08 Novembre 2014

Nabil Seidah de l’Institut de recherches cliniques de Montréal. [Photo: Jérôme Lavallée]

La commercialisation des découvertes réalisées par des chercheurs universitaires et des centres de recherche au Québec prend de l'essor. La tendance est à la création, dès que possible, d'entreprises dérivées. Un changement de cap, puisque la province et le Canada, champions de la recherche fondamentale, étaient plutôt à la traîne du point de vue de la valorisation ces dernières années.

À lire aussi :
L'entrepreneuriat scientifique à son meilleur
De l'aide pour jeter des ponts entre la recherche et l'industrie
AmorChem et Roche, unies pour une découverte de l'UdeM
Des centres de R-D en région, utiles aux PME

Parmi les bonnes nouvelles : Univalor, une des trois sociétés de valorisation universitaire (SVU), s'apprête à annoncer la création d'une nouvelle entreprise dérivée dans le domaine biotechnologique. Liphorus, financée à hauteur de 6,4 millions par un fonds californien spécialisé dans les sciences de la vie, Sanderling Ventures, mais dont le siège social et les employés seront à Montréal, aura pour but de trouver de nouveaux traitements contre le cholestérol à partir des découvertes du professeur Nabil Seidah de l'Institut de recherches cliniques de Montréal, affilié à l'Université de Montréal.

Le chercheur, un expert de renommée internationale, a décelé une nouvelle enzyme (PCSK9) qui joue un rôle dans le métabolisme du cholestérol. Il s'est aussi rendu compte qu'en l'inhibant, il est possible de réduire le mauvais cholestérol. Reste maintenant à la toute jeune entreprise, en collaboration étroite avec le professeur Seidah, à trouver les façons de l'inhiber et d'en tirer un médicament commercialisable.

«C'est parti pour un travail d'une douzaine d'années ! C'est le temps que prend le développement d'un médicament», précise Laurence Rulleau, vice-présidente au développement des affaires d'Univalor. Même si les premières retombées économiques sont incertaines et lointaines, la société de valorisation se réjouit de la création de cette entreprise. «C'est de la recherche fondamentale qui sort d'un laboratoire. Il est rare qu'on puisse obtenir des investissements aussi tôt dans le processus», reconnaît Laurence Rulleau.

À lire aussi :
L'entrepreneuriat scientifique à son meilleur
De l'aide pour jeter des ponts entre la recherche et l'industrie
AmorChem et Roche, unies pour une découverte de l'UdeM
Des centres de R-D en région, utiles aux PME

À la une

Nouvel espoir dans la lutte aux changements climatiques

25/11/2022 | François Normand

ANALYSE. Plusieurs pays ont réussi à réduire leurs émissions de GES tout en affichant une croissance économique.

Bourse: Toronto clôture en légère hausse

Mis à jour le 25/11/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street a terminé sur une note contrastée.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour le 25/11/2022 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.