30 à table: le cas de relève pas banal de la famille Benny


Édition du 05 Avril 2014

30 à table: le cas de relève pas banal de la famille Benny


Édition du 05 Avril 2014

Les frères Vincent, Yves et Jean Benny

Le passage de la deuxième à la troisième génération est souvent funeste pour les entreprises. Les frères Benny le savent, c'est pourquoi ils ont entrepris de réunir la famille pour laisser à leur progéniture un groupe mieux structuré.

Dans les années 1950, les huit frères Benny se sont lancés dans l'élevage de poulet dans la région de Joliette. En 1960, ils y ont ouvert une rôtisserie. Celle-ci connaît un succès inespéré, à tel point que les Benny abandonnent l'élevage pour se concentrer sur l'exploitation de rôtisseries. Au lieu de former une société commune, les frères se dispersent ; l'un s'en va ouvrir ses propres rôtisseries à Montréal, un autre fait de même en Estrie, un autre en Mauricie, etc.

Comme les frères Benny s'entendent bien, cette expansion se fait sans qu'ils ressentent le besoin de se doter d'une structure. Ils font leurs achats ensemble, utilisent les mêmes recettes, le même logo. Et chacun personnalise son oiseau : Au Coq, Coq rôti, Ti-Coq, Coq rapide, etc.

«La concurrence était beaucoup moins forte à l'époque dans le domaine de la restauration, ce qui explique que nos pères et nos oncles n'aient pas vu l'utilité de se regrouper de manière plus formelle», explique Yves Benny, vice-président relations publiques de Benny & Co.

Dans les années 1980, les frères Benny exploitent une vingtaine de rôtisseries. La deuxième génération doublera ce nombre.

Un nouveau concept de restauration

Mais Jean Benny se rend compte que la concurrence s'est beaucoup intensifiée depuis que son père et ses oncles se sont lancés dans les affaires. L'organisation uniquement basée sur les liens familiaux ne suffisait plus à assurer la pérennité du groupe. C'est pourquoi il a fondé Benny & Co., en 2006, pour réunir la famille.

Ses frères Yves, 50 ans, et Vincent, 46 ans, se sont joints à lui en 2010. Ensemble, ils détenaient 12 restaurants, qui sont tous devenus des Benny & Co., un franchiseur qui octroie des licences aux membres de la famille Benny qui le désirent.

Ce printemps, les Benny & Co. ouvriront leur 33e établissement fast casual, un concept de restauration rapide haut de gamme en croissance aux États-Unis. Deux autres suivront avant la fin de l'année. La restauration rapide haut de gamme fast casual propose une vraie salle à manger, avec de la vaisselle en céramique, mais sans le service aux tables. Un positionnement entre McDonald's et St-Hubert, en quelque sorte.

Les Benny & Co. offrent le service à l'auto et un comptoir de plats à emporter, mais les frères Benny ont abandonné la livraison à domicile, qui a pourtant fait la fortune de leurs ascendants. «Au prix où est rendue l'essence, la livraison grugeait trop nos marges de profit», explique Yves Benny.

À lire aussi:
Relève, c'est le temps! 
Des solutions, il y en a 
Quand le facteur humain l'emporte sur la stratégie 
Les enjeux de la relève selon Andrew Molson 

À la une

Armez-vous (encore plus) de patience pour recruter

RHÉVEIL-MATIN. À l'automne dernier, il fallait compter en moyenne 14 semaines pour embaucher un employé.

1er trimestre de CGI: hausse en un an des bénéfices et des revenus

Il y a 38 minutes | La Presse Canadienne

CGI signale que la valeur de son carnet de commandes s’élevait à 25,01 milliards $ au 31 décembre dernier.

Le Canadien Pacifique engrange un profit de 1,27 G$ au 4e trimestre

Les revenus du CP ont atteint 2,46 G$, en hausse de 21% par rapport au même trimestre un an plus tôt.