Le RVER est-il avantageux pour tous les travailleurs ?

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Mai 2014

Le RVER est-il avantageux pour tous les travailleurs ?

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Mai 2014

La réponse est non. Car même si ce régime a pour objectif d'inciter les travailleurs à épargner en vue de la retraite, il aura comme conséquence de diminuer le revenu disponible de certains, une fois qu'ils seront retraités.

La Régie des rentes du Québec elle-même le reconnaissait dans nos pages, en janvier dernier, alors que son actuaire Martin Ouellet déclarait : «Comme un revenu de retraite diminue le supplément de revenu garanti, il est plus avantageux pour les employés à faibles revenus de contribuer à un CELI.»

Le représentant de courtier en épargne collective, Jean-François Robert, affirme même que le régime volontaire d'épargne-retraite (RVER) ne sera profitable qu'à une minorité de travailleurs. Pour parvenir à cette conclusion, ce conseiller de Sherbrooke a fait des calculs en se basant sur les courbes du professeur de fiscalité retraité Claude Laferrière, accessibles sur le site du Centre québécois de formation en fiscalité.

«Le RVER est avantageux seulement pour les contribuables qui vivront en couple à la retraite, qui recevront à eux deux plus de 18 000 $ de la Régie des rentes et dont le revenu total à la retraite dépassera 60 000 $, indique-t-il. Tous les autres seront perdants.»

Cette situation s'explique par le traitement fiscal des décaissements du RVER. Ainsi, quand un retraité retirera une somme provenant du RVER, son revenu imposable augmentera du même montant. Il risquera alors d'être privé du Supplément de revenu garanti ainsi que d'autres crédits sociofiscaux, comme ceux de la TPS ou de solidarité. Cette perte pourrait toutefois être compensée pendant la vie active par la cotisation de l'employeur, s'il y en a une.

«Avec le RVER, le gouvernement cible les individus sans régime de retraite, dit Jean-François Robert. Mais cela risque de les appauvrir davantage à la retraite.» Il estime que si leur employeur ne cotise pas au RVER, la plupart des travailleurs auraient plutôt intérêt à épargner au moyen d'un CELI. «Mais seulement après avoir réglé leurs dettes à la consommation», ajoute-t-il.

À lire aussi :
RVER: Pour mieux vous préparer
Le conseil, ce grand oublié
Choisir le régime de retraite qu'il vous faut
RVER: Aussi pour les employés saisonniers
RVER: Mieux comprendre son fonctionnement

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Une succession solvable, mais en manque de liquidités

14/06/2019 | Carmela Guerriero

BLOGUE INVITÉ. Mieux vaut faire l’inventaire complet de vos actifs et de vos dettes afin d’avoir une vision d’ensemble.

La «création de richesse» par l'assurance vie

14/06/2019 | Daniel Germain

La «stratégie de la création de richesse», le glaçage sucré pour vous faire avaler de l’assurance.

À la une

Agriculture urbaine: des melons d'Oka à l'ancien hippodrome

BLOGUE. Urbanisme transitoire: cet été, il poussera des melons d'Oka sur le terrain vacant de l'Hippodrome Blue Bonnets.

À surveiller: Dorel, Stantec et Bank of America

Que faire avec les titres de Dorel, Stantec et Bank of America?

Bourse: le temps de miser sur les banques américaines?

14/06/2019 | Denis Lalonde

BALADO GESTIONNAIRES EN ACTION. Les banques américaines se négocient à des ratios très intéressants, dit François Rochon