Quel régime de retraite choisir?

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Septembre 2014

Quel régime de retraite choisir?

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Septembre 2014

Luc Lacombe, fiscaliste au bureau de Laval de Raymond Chabot Grant Thornton. [Jérôme Lavallée]

Les entreprises qui attendent la date limite pour se conformer à la loi devront mettre en place un régime volontaire d'épargne-retraite (RVER). Mais celles qui s'y prennent d'avance auront le temps d'analyser leur situation pour déterminer quel régime de retraite, un RVER ou un autre, est le plus approprié dans leur cas.

Cliquez ici pour consulter notre dossier : Tout savoir sur le RVER

Avant toute chose, l'employeur doit décider s'il contribue ou non au bas de laine de ses employés. «Je conseille à mes clients de cotiser, car cela peut les aider à attirer et à retenir les talents», soutient Fabien Major, associé principal de Major Gestion privée, un cabinet de services financiers.

Si vous souhaitez contribuer, vous aurez accès à un éventail plus large de régimes de retraite, car, pour certains d'entre eux, une contribution de base de l'employeur est obligatoire. C'est le cas notamment du Régime de retraite simplifié (RRS), un régime conçu pour les PME, qui oblige l'employeur à verser au minimum 1 % de sa masse salariale. Quant aux employés, c'est l'employeur qui décide s'ils sont tenus ou non de cotiser.

Une cotisation facultative

Avec le RRS, les cotisations patronales sont immobilisées en vue de la retraite. Ainsi, l'entreprise est assurée que les employés ne pourront s'en servir à d'autres fins. Elle peut aussi, si elle le souhaite, choisir d'immobiliser les cotisations versées par les employés (sauf celles que ceux-ci versent volontairement en plus).

Avec le RVER, la cotisation de l'employeur est facultative, mais s'il en verse une, elle est aussi immobilisée pour la retraite. En revanche, il ne peut ni obliger ses employés à cotiser ni immobiliser les montants versés par ceux-ci. Dans les deux types de régimes, RVER et RRS, il n'y a pas de charges salariales sur les cotisations patronales. Et dans les deux cas, l'administrateur fiduciaire est l'établissement financier qui offre le régime et non l'employeur ou un comité de retraite. La gamme de placements est toutefois plus vaste et plus variée avec le RRS qu'avec le RVER.

Le régime de participation différée aux bénéfices (RPDB) est un autre régime très populaire auprès des PME qui désirent contribuer à la retraite de leurs employés, surtout s'il est combiné à un REER collectif. Le RPDB reçoit alors les cotisations patronales, et le REER, celles du personnel. La combinaison RPDB-REER offre une grande souplesse, selon Nicole Quirion, directrice des régimes de retraite chez GFMD Expert conseil en avantages sociaux. «L'employeur décide du montant de sa participation et peut même ne rien verser si les bénéfices ne sont pas au rendez-vous, explique-t-elle. Il peut aussi contribuer seulement pour les employés qui cotisent au REER ou encore pour certains employés clés. De plus, il n'y a pas de charges salariales sur ses cotisations dans le RPDB.»

Cliquez ici pour consulter notre dossier : Tout savoir sur le RVER


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Les pros redeviennent prudents avant l'automne

BLOGUE. Les gros investisseurs redoutent le retour de la COVID-19 et son impact sur la reprise.

Bourse: Wall Street termine en forte hausse

Mis à jour à 16:47 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Elle mise sur l'annonce de mesures supplémentaires de soutien à l'économie.

Titres en action: Boeing, Medicago, Wells Fargo, Citigroup...

Mis à jour à 12:54 | AFP

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.