RVER: Les fournisseurs s'organisent pour se tailler un morceau de la tarte

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Septembre 2014

RVER: Les fournisseurs s'organisent pour se tailler un morceau de la tarte

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Septembre 2014

Ce n'est pas si courant qu'un tout nouveau marché s'ouvre du jour au lendemain. Avec le régime volontaire d'épargne-retraite (RVER), les nouvelles sommes épargnées annuellement par les travailleurs québécois pourraient atteindre de 1 à 1,25 milliard de dollars. Cela représente une formidable occasion d'affaires pour les assureurs, les gestionnaires de fonds d'investissement et les sociétés de fiducie. Coup d'oeil sur les stratégies déployées.

Cliquez ici pour consulter notre dossier : Tout savoir sur le RVER

Pour offrir ce nouveau produit, plusieurs fournisseurs ont procédé à des embauches ou à une réorganisation de leur effectif. Ainsi, en prévision de l'arrivée du RVER, Desjardins Assurances a créé en juin le Centre d'expertise PME, dont la mission est de soutenir les intermédiaires et les employeurs dans la vente ou l'achat d'un RVER ou de tout autre régime de retraite.

«Nous avons embauché jusqu'ici cinq personnes ayant un permis en rentes collectives, mais d'autres pourraient s'ajouter», indique Éric Filion, vice-président développement, commercialisation et stratégies d'investissement.

De son côté, Financière Manuvie a procédé à quelque 40 embauches pour supporter le RVER. Les recrues sont affectées à des tâches administratives, au centre d'appels ou encore à l'équipe de soutien. Une équipe de huit personnes, des consultants en RVER, jouent notamment un rôle de représentation et de soutien auprès des courtiers et des entreprises.

«Ils donnent des explications sur le régime en même temps qu'ils en font la promotion», explique Robert Tellier, vice-président régional, solutions retraite et assurance collective.

À la une

Les entreprises doivent se préparer à l’indépendance de l’Écosse

14/05/2021 |

ANALYSE. La victoire des indépendantistes le 6 mai et le Brexit favorisent une victoire du «oui» lors d'un référendum.

Charl-Pol: loin des grosses mains de Jos Tremblay

14/05/2021 | Emmanuel Martinez

L’entreprise Charl-Pol, de Saguenay, a cent ans.

CPQ: la pandémie n'a pas gommé la pénurie de main-d'oeuvre

Mis à jour le 12/04/2021 | Catherine Charron

L'immigration est la solution que souhaitent privilégier les entreprises sondées.