Tout ce qu'il faut savoir avant d'accepter (ou pas) de siéger à un CA

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Septembre 2014

Tout ce qu'il faut savoir avant d'accepter (ou pas) de siéger à un CA

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Septembre 2014

Des responsabilités de taille

Chargé de prendre des décisions qui auront une influence sur le futur de l'entreprise, l'administrateur assume une mission qui n'est pas sans risques : «Il existe aujourd'hui beaucoup de règles de conformité pouvant déboucher sur des poursuites civiles. On en a d'ailleurs vu quelques cas à la commission Charbonneau : lorsqu'il y a des allégations de détournement de fonds ou une fraude, le CA a une responsabilité !» rapporte Bruno Déry.

«Il ne faut pas oublier que les membres du CA sont personnellement responsables des remises et déductions à la source des employés : il m'est déjà arrivé d'avoir à payer de ma poche lorsqu'une des entreprises où j'étais administrateur a fait faillite il y a une vingtaine d'années», témoigne Réjean Dancause.

Les administrateurs sont soumis à un certain nombre de règles statutaires en vertu des lois sur les valeurs mobilières, des lois environnementales, des lois sociales et en matière de travail et des lois sur la faillite. «Leur responsabilité touche à la diligence, c'est-à-dire qu'ils doivent veiller à ce que les sociétés remettent bien leurs déductions à la source, qu'elles aient de bonnes pratiques en matière environnementale ou qu'elles respectent bien la sécurité sur les lieux de travail», résume Thierry Dorval, associé chez Norton Rose Fullbright Canada.

«Les poursuites les plus courantes concernent surtout les cas où les entreprises ne paient pas les retenues à la source au gouvernement, mais on observe aussi de plus en plus de poursuites en matière de valeurs mobilières ou de droit de l'environnement», ajoute-t-il. Si certaines lois, comme les lois sur la concurrence, prévoient des poursuites allant jusqu'à 14 ans d'emprisonnement (en cas de trucage des offres par exemple), le principal dommage pour les administrateurs reste le risque lié à la réputation.

«Sauf en matière fiscale, il est assez rare que les administrateurs aient à payer de leur poche, puisque les compagnies proposent souvent des polices d'assurance pour couvrir ce genre de risque. Mais c'est le dommage à la réputation qui reste le plus important, car les gens s'en souviennent», résume M. Dorval.

Cliquez ici pour consulter le dossier Former un CA: enjeux et obligations

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Quelques trucs pour diversifier son CA

Édition du 13 Octobre 2018 | Anne-Marie Luca

Et si votre conseil d'administration reflétait la société diversifiée dans laquelle vous opérez et faites des affaires?

Place aux jeunes dans votre CA

Édition du 13 Octobre 2018 | Anne-Marie Luca

D'ici 2021, le CA des sociétés d'État du Québec devront avoir une personne âgée de 35 ans ou moins.

À la une

Climat : attention aux certitudes et aux peurs irrationnelles

24/08/2019 | François Normand

ANALYSE - Les certitudes des climatosceptiques et la panique de la «collapsologie» minent la lutte pour le climat.

10 choses à savoir cette fin de semaine

24/08/2019 | Alain McKenna

Voici 10 nouvelles parues cette semaine à (re)découvrir.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

24/08/2019 | lesaffaires.com

Que faire avec les titres de Stella-Jones, BRP et Bombardier? (Re)voici quelques recommandations d'analystes.