L'international, ça se cultive !

Publié le 01/09/2012 à 00:00, mis à jour le 21/09/2012 à 13:13

L'international, ça se cultive !

Publié le 01/09/2012 à 00:00, mis à jour le 21/09/2012 à 13:13

Un stage chez Apple ?

Toutefois, il ne s'agit pas d'un phénomène uniquement québécois, mais nord-américain. « C'est encore pire dans les facultés d'ingénierie du Canada anglais », estime M. Lefebvre.

À l'heure actuelle, une vingtaine d'étudiants de l'École Polytechnique de Montréal font des stages à l'étranger. C'est peu par rapport aux quelque 1 200 stages annuels recensés à l'échelle de l'établissement, mais c'est déjà beaucoup plus qu'il y a trois ans, alors qu'on n'en trouvait presque aucun.

Fait intéressant, les étudiants québécois en génie tentés par ce type d'expérience peuvent bénéficier d'une demande croissante à l'échelle nord-américaine. « On manque d'ingénieurs en Alberta et dans les pays producteurs de pétrole. Et on sous-estime la pénurie grandissante d'ingénieurs aux États-Unis. Conséquence : de grandes firmes comme Apple manifestent leur intérêt à accueillir des stagiaires québécois », indique M. Doyle.

Bref, la situation n'a jamais été si bonne pour les apprentis ingénieurs qui veulent voir du pays.

Deux ingénieurs globe-trotters

Étudiant en génie logiciel, Philippe Marceau voulait travailler pour de grandes organisations. Aujourd'hui, mission accomplie : il passe le plus clair de son temps dans les bureaux parisiens des géants bancaires français Société Générale, BNP Paribas et Natixis. « Étant donné leurs nombreuses filiales à l'étranger, je parle à des gens situés aux quatre coins de la planète », dit l'ingénieur logiciel de 29 ans.

Embauché dès sa sortie de l'École de technologie supérieure en 2007 par Planaxis, un spécialiste québécois de la messagerie financière, Philippe Marceau traverse alors l'Atlantique. Il s'établit dans la capitale française et devient consultant en messagerie bancaire.

Il a depuis changé d'employeur, car la filiale française de Planaxis a été rachetée par Alti, une société-conseil informatique française.

Selon lui, son parcours de formation l'a préparé à relever ce défi.

C'est aussi ce qui lui aurait permis d'attirer l'attention du recruteur de Planaxis.

« Lorsque j'étais étudiant en génie logiciel, j'ai passé deux sessions à l'étranger, à San Jose et à Albuquerque. De plus, j'ai fait mes stages chez Motorola, Lockheed et Exfo, des entreprises aux ramifications internationales. Ce parcours m'a probablement ouvert les portes de Planaxis », dit-il.

Mais attention ! « Travailler à l'étranger, ce n'est pas l'équivalent de participer à un club de vacances. Il faut connaître son domaine à fond et prendre les moyens de devenir très bon ! » prévient Philippe Marceau.

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

L'avis d'un patron
Mis à jour le 21/09/2012

Trois nouvelles formations
Mis à jour le 21/09/2012

L'homme au coeur de l'avion de demain
Mis à jour le 21/09/2012

À la une

Bourse: Wall Street termine sa pire semaine depuis 2008

Mis à jour il y a 14 minutes | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street termine la séance de vendredi en baisse malgré une remontée de dernière minute.

Coronavirus: la Fed prête à intervenir si nécessaire

14:56 | AFP

Les appels à l’action de la Banque centrale se sont multipliés ces derniers jours.

Titres en action: Banque Laurentienne, Banque Nationale, FCA...

06:08 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.