L'international, ça se cultive !

Publié le 01/09/2012 à 00:00, mis à jour le 21/09/2012 à 13:13

L'international, ça se cultive !

Publié le 01/09/2012 à 00:00, mis à jour le 21/09/2012 à 13:13

Deux autres arguments de poids en faveur de la mobilité internationale : « Les ingénieurs font souvent partie d'équipes de travail multiculturelles. Effectuer un stage à l'étranger rend plus souple face au compromis », constate Annick Corbeil, coordonnatrice à la mobilité et aux partenariats internationaux à l'École de technologie supérieure.

David Albertson et Nicolas Pellerin peuvent en témoigner, puisque leur stage leur a permis de s'ouvrir à la diversité. « À Redmond, il n'est pas rare de se sentir en minorité. On côtoie beaucoup d'Indiens et de Chinois, et bon nombre de Japonais et d'Européens », dit David Albertson.

« Au chantier, les employés viennent d'un peu partout en Europe. On doit s'adapter à différentes façons de travailler », ajoute Nicolas Pellerin.

Selon Jean Poirier, conseiller au service de placement de l'Université Laval, ces savoir-faire n'échappent pas aux employeurs.

« Ces étudiants ont démontré de grandes capacités d'initiative et d'adaptation. C'est un plus dans leur CV », assure-t-il.

Se tester hors des frontières

Pourquoi les étudiants québécois en génie sont-ils si peu enclins à élargir leurs horizons ? Trop choyés, peut-être... En effet, les finissants trouvent facilement du travail au Québec ; par conséquent, la pression de se « tester » hors des frontières est moins grande qu'en Europe, estime Allan Doyle.

Il faut ajouter à cela le peu d'importance accordée à la mobilité internationale à l'intérieur des programmes d'études en ingénierie. « On n'en demande pas assez à nos étudiants. Dans nos programmes, il n'y a pas d'exigences précises en faveur de cette mobilité », déplore Dominique Lefebvre, de l'Université de Sherbrooke.

À suivre dans cette section

DANS LE MÊME DOSSIER

L'avis d'un patron
Mis à jour le 21/09/2012

Trois nouvelles formations
Mis à jour le 21/09/2012

L'homme au coeur de l'avion de demain
Mis à jour le 21/09/2012

À la une

Comment croître grâce à la dette?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. Toutes les dettes ne sont pas néfastes pour votre entreprise. Voici comment séparer le bon grain du mauvais:

Comment peut-on amadouer le crédit?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. La crise de la COVID-19 crée un stress financier important sur les entreprises.

Le plan d'affaires est-il essentiel au démarrage d'une entreprise?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. On ne «construit pas les pyramides sans avoir déjà construit un château de sable».