Les souliers d'Aldo ont beaucoup voyagé

Publié le 02/06/2011 à 15:35, mis à jour le 18/10/2011 à 11:11

Les souliers d'Aldo ont beaucoup voyagé

Publié le 02/06/2011 à 15:35, mis à jour le 18/10/2011 à 11:11

Arabie saoudite, Taïwan, Russie, Roumanie, Sénégal, Honduras… la marque Aldo rayonne dans quelque 56 pays dans le monde. Avec ses 1 500 magasins placés sous les enseignes Aldo, Spring, Locale et Globo, elle est le plus grand succès québécois du commerce de détail. « L’entreprise a une compréhension très fine de ce que les consommatrices recherchent, et cela, partout où elle s’implante », dit Jacques Nantel, professeur titulaire de marketing à HEC Montréal.

Les débuts de la chaîne remontent à 1972, quand Aldo Bensadoun, qui en tient toujours les rênes, ouvre des concessions de chaussures dans quatre boutiques Le Château. En 1978, Aldo se lance seule dans un premier magasin éponyme sur la rue Sainte-Catherine, à Montréal. Puis, de 1993 à 2002, elle établit sa marque aux États-Unis. Depuis 2001, elle connaît une forte croissance internationale, et on trouve des magasins de chaussures Aldo sur tous les continents, sauf en Antarctique. Et l’expansion se poursuit : Aldo vient de s’associer avec JC Penney et vendra ses chaussures et ses accessoires dans 600 grands magasins aux États-Unis. Aldo soutient plusieurs causes, notamment la lutte contre le sida qu’elle appuie depuis maintenant plus de 25 ans.

 

Liens vers les autres profils:

Le Mouvement des caisses Desjardins, une véritable société distincte

SNC-Lavallin, une centenaire hyperactive

Rio Tinto Alcan: ses racines sont ici

Cascades: l'exemple à suivre

Transcontinental: un géant discret

Rona: dix ans d'avance sur Wal-Mart

Power Corporation: personnes d'influence

Le petit train de Bombardier a traversé la planète

La Banque Nationale maintient un positionnement unique

Le Cirque du Soleil, notre marque mondiale

Le voyage de Transat dure depuis 30 ans

Couche-Tard: une faim insatiable

CGI grandit aux États-Unis

Pour Métro, l'union fait la force

À la une

Une start-up montréalaise s’envole grâce aux Émirats arabes unis

La start-up montréalaise C3RiOS Systems voit le jour grâce aux Émirats arabes unis.

Comment avoir une écoute vraiment attentive?

MAUDITE JOB! «En tant que boss, je devrais être à l'écoute des autres. Mais je n'y arrive vraiment pas...»

Russie: la Banque centrale veut bannir les cryptomonnaies dans le pays

Il y a 51 minutes | AFP

L'institution a publié un rapport jeudi proposant l'interdiction du «minage», concourant à la création des cryptoactifs.