2 trucs ultrasimples pour devenir superformant

Publié le 30/01/2013 à 09:16, mis à jour le 30/01/2013 à 09:16

2 trucs ultrasimples pour devenir superformant

Publié le 30/01/2013 à 09:16, mis à jour le 30/01/2013 à 09:16

Ce qui compte, c'est la motivation... Photo: DR

BLOGUE. J'ai pour vous aujourd'hui une petite question insidieuse, oui, en apparence insignifiante mais dont la portée pourrait vous souffler : «Qu'est-ce qui vous rend, vous, performant au travail?». J'aimerais que vous preniez le temps d'y réfléchir une minute. Vraiment…

Découvrez mes précédents billets

Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter

Bien. Maintenant que c'est fait, que vous avez votre réponse en tête, je vous propose d'aller un peu plus loin dans la réflexion. Vous avez peut-être répondu par «mon talent», «la qualité de l'équipe dans laquelle j'évolue», «mon boss», ou encore «le fait d'avoir un objectif clair», en fait, peu importe : chacun voit les raisons de sa performance où il le veut. La question qui est en réalité sous-jacente est la suivante : «Ce que vous croyez qui vous rend performant est-il vraiment ce qui vous rend performant?». Et c'est là que réside une subtilité renversante, comme vous allez vite vous en rendre compte.

J'ai mis la main sur une étude passionnante, intitulée Learning skills and motivation: Correlates to superior academic performance. Celle-ci est signée par quatre professeurs de l'Université du Tennessee (États-Unis), soit : Richard Griffin (comptabilité), Angie MacKewn (psychologie), Ernest Moser (doyen du Martin College of Business and Global Affairs) et Ken van Vuren (comptabilité). Elle montre que la performance découle, fondamentalement, d'un seul et unique facteur. J'ai bien dit «un seul et unique». Si, si…

Les quatre chercheurs ont été intrigués par une chose… Les États-Unis étaient, jusqu'à la fin des années 1990, le numéro 1 mondial en terme de taux d'obtention du diplôme de fin d'études au niveau du College, qui correspond grosso modo au cursus universitaires menant à des métiers techniques. Et puis, soudainement, ce taux s'est mis à dégringoler, au point que les États-Unis ne figurent plus aujourd'hui qu'au 16e rang. La situation est si préoccupante que le président Barack Obama a exigé que tout soit fait pour que les Américains reprennent la tête de ce palmarès d'ici 2020.

Que s'est-il produit? Pourquoi les étudiants américains ont-ils de plus en plus de mal à obtenir leur diplôme? Comment expliquer une telle baisse de performance? C'est ce qu'ont voulu savoir les quatre chercheurs de l'Université du Tennessee, qui ont pour cela demandé à 45 étudiants d'un College américain de bien vouloir répondre à deux questionnaires détaillés.

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Les ventes de véhicules automobiles ont reculé de 13% en avril au Canada

140 785 véhicules légers neufs ont été vendus en avril, soit à peine plus que les 140 460 vendus en mars.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...