Google accusée d'abus de position dominante en Europe

Publié le 15/04/2015 à 06:53

Google accusée d'abus de position dominante en Europe

Publié le 15/04/2015 à 06:53

Par AFP

Photo: Shutterstock

La Commission européenne est passée mercredi à l'offensive contre le groupe américain Google(Nasdaq, GOOG) et l'a accusé d'abus de position dominante dans la recherche sur internet.

«Je crains que l’entreprise n'ait injustement avantagé son propre service de comparaison de prix, en violation des règles de l’UE en matière d’ententes et d’abus de position dominante», a déclaré la commissaire européenne en charge de la Concurrence, Margrete Vestager.

Concrètement, la Commission craint que les utilisateurs de Google, qui représente 90% des recherches sur Internet dans le plupart pays d'Europe, «ne voient pas nécessairement les résultats les plus pertinents en réponse à leurs requêtes».

La Commission a fait parvenir une communication de ses griefs au groupe de Moutain View, qui a désormais dix semaines pour répondre.

«Google a à présent la possibilité de convaincre la Commission du contraire. Toutefois, si l’enquête devait confirmer nos craintes, Google devrait en assumer les conséquences juridiques et modifier la façon dont elle conduit ses activités en Europe », a ajouté Mme Vestager, avant d'entamer une visite de deux jours à Washington jeudi et vendredi.

Une solution à l'amiable est toujours possible à ce stade de la procédure mais, dans le pire des cas, Google pourrait écoper d'une amende équivalent à 10% de son chiffre d'affaires et dépassant donc les 6 milliards de dollars.

À la une

Bourse: records en clôture pour Nasdaq et S&P 500, Nvidia première capitalisation mondiale

Mis à jour à 17:28 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les titres de l’énergie contribuent à faire grimper le TSX.

Stellantis rappelle près de 1,2 million de véhicules aux États-Unis et au Canada

Il y a 36 minutes | La Presse Canadienne

Environ 126 500 véhicules au Canada sont concernés par le rappel.

Le régulateur bancaire fédéral maintient la réserve de stabilité intérieure à 3,5%

L’endettement des ménages reste une préoccupation pour le Bureau du surintendant des institutions financières.