Avez-vous le profil pour vous lancer en affaires ?

Publié le 21/01/2011 à 06:15, mis à jour le 27/01/2011 à 13:51

Avez-vous le profil pour vous lancer en affaires ?

Publié le 21/01/2011 à 06:15, mis à jour le 27/01/2011 à 13:51

slide-image

slide-image

slide-image

slide-image

slide-image

slide-image

slide-image

slide-image

slide-image

slide-image

slide-image

slide-image

Être prêt à prendre des risques

Sans être casse-cou, il faut un certain goût du risque pour se lancer dans l'aventure de l'entrepreneuriat. "Sans une once de risque, on se fait devancer par la concurrence", dit Patrick Lacasse, de Gestion Sun.

Un bon entrepreneur ne prend jamais de risques inconsidérés, dit Yvon Gasse, il les calcule. Mais qui dit risque dit possibilité d'échec. Il ne faut pas être allergique à cette éventualité. "Chez un entrepreneur, l'attitude devant le risque et l'échec est fondamentale, constate-t-il. Silicon Valley, la Mecque de l'entrepreneuriat, est bâtie sur cette culture. L'échec est valorisé comme un élément d'apprentissage et non pas comme une catastrophe. Pour autant qu'on apprenne de ses erreurs."

Aux États-Unis, tous les grands entrepreneurs ont connu des échecs et racontent leurs bons et mauvais coups dans leur biographie. Au Québec, l'échec est mal vu. "On a de la difficulté à s'en relever", dit Nathaly Riverin. Nos cousins français ont le même problème, selon M. Gasse : "Ils ont une aversion épouvantable au risque et à l'échec."

Avoir des compétences relationnelles

Un entrepreneur n'a pas à être une bête sociale ou un monstre de charisme - on n'a qu'à penser à Steve Jobs, d'Apple, ou à Bill Gates, de Microsoft. Mais à tout le moins, il doit avoir suffisamment d'habiletés sociales pour communiquer ses idées et susciter l'adhésion. "L'entrepreneur a toujours à se vendre, dit Louise Péloquin. D'abord à ses clients, puis à ses fournisseurs, et enfin à ses employés. Il faut pouvoir convaincre des gens de nous suivre." Elle insiste pour que ses étudiants sachent écrire et parler avec clarté et précision.

Vous avez décidé de rénover votre maison seul, durant vos vacances. Après tout, qui ne sait pas cogner un clou ? Commencés il y a 12 ans, ces travaux ne sont toujours pas achevés. Entre-temps, votre conjoint vous a quitté et votre chien est mort d'une allergie grave à la poussière.

Savoir s'entourer et déléguer

"Certains sont bons en finance, d'autres en gestion et d'autres en marketing. Rares sont ceux qui possèdent les trois compétences. Or, les trois sont nécessaires dans une entreprise. Il faut donc savoir bien s'entourer. Personne ne connaît tout", dit Marvin Garellek, qui croit aux vertus du mentorat et des vastes réseaux, formels ou pas.

Claude Ananou, de son côté, estime que toute entreprise, aussi petite soit-elle, devrait avoir un conseil formé de gens provenant d'horizons divers.

L'entreprise repose sur un travail d'équipe, rappelle Nathaly Riverin : "Elle n'évolue jamais en vase clos. L'entrepreneur doit s'entourer des bonnes personnes et déléguer. Il doit avoir la modestie et l'humilité de reconnaître ses limites."

 


À la une

Sondage rapide sur la transformation numérique des entreprises au Québec en 2022

09:00 | Les Affaires

Répondez à ces 5 grandes questions et obtenez un billet gratuit pour assister à Connexion.

Bourse: Wall Street termine mitigée, soucieuse pour la croissance

Mis à jour à 16:53 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse grâce au secteur de l'énergie.

À surveiller: H2O Innovation, Lassonde et Savaria

10:06 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de H2O Innovation, Lassonde et Savaria? Voici quelques recommandations d’analystes.