Une circulation plus fluide grâce aux données


Édition du 21 Mars 2015

Une circulation plus fluide grâce aux données


Édition du 21 Mars 2015

[Photo: Shutterstock]

L'évolution des technologies permet une gestion plus élaborée de la circulation, très utile dans les grands centres urbains. Le Québec n'échappe pas à cette tendance.

À lire aussi:
Québec veut créer quatre pôles logistiques dans la région de Montréal
Des voies à emprunter pour améliorer la mobilité
Une expertise québécoise reconnue au-delà des frontières de la province
Partager les connaissances favorise l'innovation
Mobiliser les acteurs du secteur afin d'améliorer les techniques utilisées
À la recherche de gains d'efficacité dans la signalisation aux abords des chantiers
Les camions du Groupe Robert doivent rouler la nuit en raison des entraves
Un système à améliorer en région
Une ère de grands chantiers au Québec

Ce n'est pas d'hier que de nouvelles technologies viennent améliorer la gestion de la circulation et des transports. Les villes utilisent depuis longtemps des systèmes pour coordonner, par exemple, les feux de circulation. Mais, avec le temps, ces systèmes sont devenus désuets, et des technologies encore plus raffinées et plus puissantes sont nécessaires pour répondre à l'augmentation du nombre de véhicules sur les routes.

En octobre 2014, le maire de Québec, Régis Labeaume, annonçait le lancement de la deuxième génération du gestionnaire artériel, une composante majeure du système de transport intelligent de la Ville. Un investissement évalué à 9 millions de dollars, rendu nécessaire par la désuétude du système mis en place dans les années 1990. «Le parc automobile a augmenté de 50 % entre 2001 et 2011 à Québec, passant de 250 000 à plus de 330 000 véhicules», explique Rémy Normand, membre du comité exécutif responsable du transport et du Plan de mobilité durable à la Ville de Québec.

Le nouveau système permettra de synchroniser plus de feux de circulation, d'éviter les erreurs, mais aussi d'intégrer les autres composants tels que les caméras de surveillance, l'information sur les parcs de stationnement, les panneaux à messages variables ou les applications mobiles d'information aux usagers. L'objectif est de mieux gérer la circulation afin de la rendre plus fluide. 'augmenter sa fluidité.

La Ville de Montréal est à déployer son propre Centre de gestion de la mobilité urbaine (CGMU), qui vise notamment à gérer les feux de circulation en temps réel, à améliorer la circulation des autobus et à optimiser la surveillance du réseau routier et les interventions d'urgence. Plus de 200 caméras sont présentement reliées au CGMU, et plus de 500 autres le seront d'ici 2017. À terme, il devrait être opérationnel 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Présentement, il l'est 16 heures par jour, 5 jours sur 7.

À lire aussi:
Québec veut créer quatre pôles logistiques dans la région de Montréal
Des voies à emprunter pour améliorer la mobilité
Une expertise québécoise reconnue au-delà des frontières de la province
Partager les connaissances favorise l'innovation
Mobiliser les acteurs du secteur afin d'améliorer les techniques utilisées
À la recherche de gains d'efficacité dans la signalisation aux abords des chantiers
Les camions du Groupe Robert doivent rouler la nuit en raison des entraves
Un système à améliorer en région
Une ère de grands chantiers au Québec

À la une

Bourse: Wall Street termine mitigée, le Nasdaq sur un record

Mis à jour il y a 36 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a conclu en ordre dispersé lundi.

OpenAI veut changer la voix de ChatGPT, trop proche de celle de Scarlett Johansson

Il y a 26 minutes | AFP

L’entreprise a assuré que la voix de «Sky» n'avait pas été développée en se basant sur la voix de Mme Johansson.

Microsoft intègre l’IA générative directement dans ses PC

14:36 | AFP

Selon Microsoft, plus de 50 millions de «PC IA» seront vendus dans les douze mois à venir.