Le Parti québécois rapporte des chiffres inexacts dans son cadre financier

Publié le 14/09/2022 à 09:36, mis à jour le 15/09/2022 à 18:23

Le Parti québécois rapporte des chiffres inexacts dans son cadre financier

Publié le 14/09/2022 à 09:36, mis à jour le 15/09/2022 à 18:23

Par La Presse Canadienne

D’entrée de jeu au moment du dévoilement du document, mardi, le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon se vantait que le PQ était «le seul parti politique à présenter un cadre financier validé par un expert indépendant». (Photo: La Presse Canadienne)

Le Parti québécois (PQ) a dû apporter des corrections à son cadre financier qui comportait des chiffres inexacts, quelques heures après sa présentation. 

Mardi en fin de soirée, la formation politique a envoyé un cadre financier «ajusté» en raison d’«une erreur de report de ligne dans Excel». «Deux cellules qui avaient été mal imbriquées», indique-t-on. 

Le parti a donc précisé que le total de leurs engagements s’élève à 29,7 milliards de dollars au lieu de 29,9 G$. Et le déficit prévu en 2026-2027 passe de 518 M$ à 492 M$.

Le cadre financier a été vérifié par un professeur d’économie à l’Université d’Ottawa. D’entrée de jeu au moment du dévoilement du document, mardi, le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon se vantait que le PQ était «le seul parti politique à présenter un cadre financier validé par un expert indépendant».

«C’est important de le dire parce que les autres partis n’ont pas eu le courage de soumettre leur exercice financier à une expertise, une vérification de tiers, pour savoir si ce qui est présenté est crédible ou pas», a-t-il dit.  

La formation souverainiste promet d’aller chercher 12,3 G$ de nouveaux revenus sans augmenter les impôts ou les taxes, afin de financer leurs promesses. Leurs deux plus importants engagements sont le plan climat pour la réduction des GES et le virage des soins à domicile. 

Le PQ souhaite entre autres taxer les GAFAM, la spéculation immobilière et les «surprofits» des entreprises des secteurs d’oligopoles engendrés au cours des crises sanitaire et inflationniste. Il prévoit également lutter contre les profits détournés vers les paradis fiscaux. 

Le Parti québécois est la seule formation politique à ne pas promettre de baisses d’impôts ou de taxes. Il propose plutôt de verser des allocations temporaires entre 750 $ et 1200 $ pour les personnes ayant un revenu entre 0 $ et 80 000 $ par année. Une dépense de 6,3 G$ provenant du «trop-perçu» de l’État avec l’inflation.

D’autre part, le cadre financier révèle que le parti prévoit dépenser 231 M$ sur trois ans pour actualiser des études sur l’indépendance du Québec, s’il forme le gouvernement au 3 octobre.  

Cette dépêche a été rédigée par Frédéric Lacroix-Couture avec l’aide financière des Bourses de Meta et de La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Sur le même sujet

Un bénévole du PQ écarté après une affaire de vol de dépliants

Le député sortant caquiste de Masson, Mathieu Lemay, avait porté plainte à la police concernant le vol de 275 dépliants.

Troisième lien: le premier ministre sortant nie être cachottier

Mis à jour à 11:35 | La Presse Canadienne

Un consortium a livré des données, selon ce qu’a révélé Radio-Canada mardi. Des conclusions ont même été formulées.

À la une

Fonctionnaires fédéraux: Ottawa a déposé de nouvelles offres

Il y a 36 minutes | La Presse Canadienne

Le Conseil du trésor s’est déjà dit prêt à négocier de bonne foi, tout en tenant compte du contexte économique.

Les motos électriques de Harley-Davidson entrent à Wall Street, au ralenti

14:33 | AFP

Harley doit garder 74% de la nouvelle société cotée en Bourse.

La croissance économique du Québec a ralenti au 2e trimestre

Le commerce extérieur a réduit la progression du PIB au deuxième trimestre.