Repreneuriat : trois ingrédients pour réussir le transfert

Publié le 21/02/2020 à 09:02

Le transfert d’une entreprise représente un changement en profondeur qui demande du temps, de l’énergie et de la stratégie. Ce n’est pas qu’une affaire de contrats et de paperasse ! C’est une procédure qui se fait à deux, nécessairement, qui peut s’échelonner sur plusieurs années et générer toutes sortes d’émotions. Aussi, il existe certains facteurs clés pour un transfert d’entreprise réussi. Les voici.

Identification
Chacun doit d’abord identifier les raisons motivant son choix : celui de céder son entreprise, de prendre sa retraite, de maintenir des emplois et d’assurer la continuité de ses années d’efforts pour l’un, de se lancer en affaires, de devenir propriétaire d’entreprise et gestionnaire, de développer des projets pour l’autre. Le repreneur doit se demander quel type d’entreprise il veut diriger, dans quel secteur d’activités et s’il a les compétences pour reprendre la barre d’un bateau déjà en marche. De son côté, le cédant se demandera quelles qualités, quelle personnalité et quelle vision il recherche chez le repreneur qui fera croître son entreprise.

Ces questionnements dévoilent aussi les affinités personnelles et professionnelles entre un repreneur et un cédant, gage de la qualité de leur jumelage. « C’est une forme de contrat psychologique qui permet de savoir si on peut bâtir ensemble, selon nos valeurs, nos motivations et nos objectifs », précise le président-directeur général du Centre de transfert d’entreprise du Québec (CTEQ), Vincent Lecorne.

Planification
Une fois ces questions abordées, les parties doivent s’entendre sur les prochaines étapes : les procédures comptables, juridiques, de médiation, etc. Cette planification commune permet de déterminer un plan d’action clair et rigoureux. C’est une étape où l’improvisation n’est pas permise : un transfert implique souvent une période durant laquelle le propriétaire cédant demeure dans l’entreprise, notamment lorsque la balance de prix de vente est considérable et que la somme restante ne sera remboursée qu’au fil de plusieurs années.

« C’est parfois une phase de vie commune durant laquelle le propriétaire cède les rênes de ce qu’il a bâti, alors que le repreneur peut profiter d’informations stratégiques importantes pour le développement futur de l’entreprise », dit Vincent Lecorne. Il ajoute qu’il peut y avoir certaines turbulences qu’il convient de flairer pour prévoir comment les contourner. C’est aussi, pour le cédant, le moment de s’assurer une transition de direction en douceur pour les employés, les fournisseurs et la clientèle en intégrant le repreneur au sein de l’entreprise et parfois, de son entourage. Au terme de cette étape, le cédant et le repreneur auront établi leurs plans respectifs, soit un plan de transfert pour le cédant et un plan de relève pour le repreneur.

Communication
Cette période de transition apporte son lot d’instabilité et d’inquiétudes pour le cédant, le repreneur et leurs familles. Une saine communication entre les deux parties peut atténuer les impacts de cette étape. Une stratégie efficace de communication sert à donner une légitimité à celui qui assurera la relève de l’entreprise, à valoriser le transfert et à rassurer les employés et toutes les autres personnes qui gravitent autour de l’entreprise.

« Le repreneur n’achète pas seulement une entreprise, mais aussi des cerveaux et une culture », précise Vincent Lecorne. Il doit donc profiter de ce moment privilégié pour affiner ses habiletés relationnelles et en apprendre le plus possible sur les relations de travail.

Les deux parties doivent avancer ensemble dans cette phase et communiquer clairement. « Les employés doivent comprendre qui dirige et à partir de quand. Ils doivent aussi connaître le style de direction qu’ils auront dorénavant. Il faut donc que le cédant lâche prise et laisse graduellement la place au repreneur », ajoute M. Lecorne.

Ces trois étapes contribuent à assurer les conditions optimales d’une sortie heureuse pour le cédant et d’une entrée réussie pour le repreneur.

À la une

Quel est l'impact réel de la COVID-19 sur la consommation?

CHRONIQUE. La toute première étude à ce sujet vient d'être dévoilée, et elle fait froid dans le dos...

COVID-19: préparer le rebond

BLOGUE INVITÉ. Le revers, aussi brutal soit-il, peut vous permettre de rebondir et de revenir plus fort.

La route vers la réouverture des chantiers résidentiels se précise

08/04/2020 | Denis Lalonde

Il est trop tôt pour fournir une date, mais la route menant à la réouverture des chantiers résidentiels se précise.