Moins de pétrole et plus d'énergies renouvelables

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Septembre 2016

Moins de pétrole et plus d'énergies renouvelables

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Septembre 2016

Par Pierre Théroux

[Photo : 123RF/poselenov]

La transition énergétique annoncée par Québec est bel et bien en marche. Et elle a le pouvoir de dynamiser l'ensemble de son économie et de ses régions. «C'est la Baie-James du 21e siècle ! Le Québec a la possibilité d'en faire un moteur économique aussi grand que l'a été ce projet au siècle dernier», s'enthousiasme Jean-François Samray, pdg de l'Association québécoise de la production d'énergie renouvelable (AQPER).


Réduire de 40 % la quantité de produits pétroliers consommés, augmenter de 25 % la production totale d'énergies renouvelables, accroître de 50 % la production de bioénergie, éliminer l'utilisation du charbon thermique, améliorer de 15 % l'efficacité énergétique : la politique énergétique du Québec nourrit de grandes ambitions.


Le Québec est l'un des plus grands consommateurs d'énergie du monde, au prorata de sa population. En 2013, la consommation totale d'énergie de la province a atteint 40 millions de tonnes équivalent pétrole (tep), soit une hausse de 1,6 % par rapport à 2012. Mais les énergies renouvelables comblent près de la moitié de ses besoins énergétiques. À 47 %, cette part surpasse celle de la majorité des pays du monde.


Néanmoins, Québec souhaite hausser la part des énergies renouvelables à 61 % de toute l'énergie consommée. «Le Québec a toutes les ressources et l'expertise requise pour être un des leaders en énergie renouvelable», dit M. Samray.


Miser sur l'international


Hydro-Québec, qui compte doubler ses revenus au cours des 15 prochaines années, sera au coeur de cette transition. «La Politique énergétique confirme le rôle primordial d'Hydro-Québec comme moteur du développement économique du Québec», commente son pdg, Éric Martel.


La croissance d'Hydro-Québec passe par l'international


Patrick Lemaire, président et chef de la direction de Boralex, se réjouit d'ailleurs de voir le plan stratégique d'Hydro-Québec faire de la place au développement de l'énergie éolienne. La société d'État «aura besoin d'autres types d'énergie que l'hydroélectricité pour satisfaire ses besoins d'exportation», précise-t-il.


À la recherche d'un second souffle, l'éolien québécois regarde à l'étranger


Les différentes filières énergétiques québécoises n'auront d'ailleurs d'autres choix que de miser davantage sur les marchés étrangers pour assurer leur développement. «En ces périodes de surplus énergétique, l'industrie doit exporter sa production, mais aussi son expertise», note Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l'énergie à HEC Montréal.


- Gaz Métro s'attaque au marché du nord-est des États-Unis
- L'hydrogène, le nouveau filon à exploiter


Un guichet unique


Le Québec entend consacrer quatre milliards de dollars d'ici 2030 à la réalisation de ses objectifs en matière d'énergie. Un nouvel organisme, Transition énergétique Québec, aura le mandat de coordonner tous les services et programmes de subventions offerts aux particuliers, aux entreprises et aux institutions.


La mise en place de ce guichet unique réjouit Denis Leclerc, président et chef de la direction d'Écotech Québec. «Il y avait des programmes d'efficacité énergétique dans presque tous les ministères. C'était facile de se perdre ou, pire, de ne pas recevoir de contribution financière parce que les délais d'approbation avaient été trop longs», dit-il en exemple.


Pourtant, il n'y a plus de temps à perdre pour agir. «Pour atteindre les objectifs visés par la politique, il faut s'y mettre dès maintenant», indique Jean-François Samray.


«C'est assez unique, en Amérique du Nord, d'avoir un gouvernement qui s'engage aussi fermement à atteindre des objectifs importants de réduction de gaz à effet de serre», constate Pierre-Olivier Pineau. Mais, ajoute-t-il, «réduire la consommation de pétrole de 40 %, c'est énorme. Ce n'est pas un défi technique, mais davantage une question de culture et d'organisation».


Retour au dossier Spécial énergie : Objectif 2030


 

À suivre dans cette section


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 19 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Résidences pour aînés

Jeudi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre


image

Sommet Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Big Brother est québécois

Dans le 1984 d’Orwell, Big Brother est fictif. En 2017, c’est une technologie québécoise bien réelle.

Le dollar canadien a monté vite, peut-être trop vite

Le huard se hisse à 80 cents US, mais plusieurs observateurs croient que l'ascension a été trop rapide.

Les pièges à aubaine font mal!

BLOGUE INVITÉ. Dure journée pour certains investisseurs dans la vente au détail. Attention aux mirages d'aubaine!