Groupe Mundial se dote d'une vision claire

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Mai 2015

Groupe Mundial se dote d'une vision claire

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Mai 2015

« Un plan stratégique apporte une croissance à l’entreprise et permet à l’entrepreneur de réaliser son rêve », explique Louis Veilleux, de Métal Bernard. [Photo: Francis Vachon]

Les PME manufacturières qui se sont dotées d'une planification stratégique «performent nettement mieux» que celles qui n'en ont pas, selon la nouvelle édition du Baromètre industriel québécois de Sous-Traitance Industrielle Québec (STIQ). Un constat qui ne surprend pas Louis Veilleux, pdg de Métal Bernard et associé du Groupe Mundial, un regroupement de cinq entreprises de sous-traitance industrielle établies dans la région de Chaudière-Appalaches.


Cliquez ici pour consulter le dossier Secteur manufacturier: la carte des usines


«Un plan stratégique nous amène à déployer tous nos efforts vers la réalisation d'un grand objectif, souligne l'entrepreneur de Saint-Lambert-de-Lauzon. Cela apporte une croissance à l'entreprise et permet à l'entrepreneur de réaliser son rêve.»


Depuis sa création en 2004, Groupe Mundial avait fait l'exercice à quelques reprises, mais jamais aussi sérieusement qu'en 2013. «Notre vision n'était pas aussi claire et nous faisions un peu d'improvisation, se souvient M. Veilleux. Maintenant, nous avons un comité consultatif très fort, et les deux membres externes nous ont brassé la cage.»


S'en est suivi une série de rencontres en vue de déterminer les points forts, les faiblesses et les objectifs de chaque PME et de l'ensemble du Groupe.


«C'était important de faire un plan commun pour standardiser les pratiques et permettre plus de synergie entre les entreprises, qui ont des produits et des objectifs différents», dit Éric Champagne, directeur général de Beauce Caoutchouc et associé du Groupe Mundial depuis 2008. À l'été 2013, les cadres des cinq entreprises ont donc paraphé le nouveau plan stratégique. «Signer un contrat, c'est symbolique, mais c'est également significatif, indique M. Champagne. C'est un engagement à le réaliser.»


L'échéancier s'étend jusqu'en 2023, mais les trois premières années sont beaucoup plus détaillées que les suivantes. «Les marchés changent tellement rapidement, c'est difficile d'être précis sur les cibles opérationnelles à long terme, souligne l'entrepreneur. Pour la suite, ce sont surtout des objectifs de croissance.»


Cliquez ici pour consulter le dossier Secteur manufacturier: la carte des usines



image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

CDPQ: un nouveau fonds d'investissement pour le secteur de l'IA

Il servira à propulser des entreprises qui développent ou commercialisent des produits qui touchent ce secteur.

Défi Start-up 7: Biotifull poursuit son chemin

ENTREVUE. La start-up Biotifull a parcouru beaucoup de chemin depuis la 2e édition du Défi Start-up 7.

Défi Start-up 7: pourquoi intégrer un espace de co-travail?

ENTREVUE. Pourquoi les entrepreneurs devraient-ils considérer l'option d'intégrer un espace de co-travail?