Fin de la PCRE et de certains programmes pour les entreprises

Publié le 21/10/2021 à 13:09

Fin de la PCRE et de certains programmes pour les entreprises

Publié le 21/10/2021 à 13:09

Par La Presse Canadienne

La subvention salariale d'urgence du Canada (SSUC) et la subvention d'urgence pour le loyer (SUCL) prendront donc fin le 23 octobre, comme prévu. (Photo: Getty Images)

Ottawa ne renouvellera pas la prestation canadienne pour la relance économique (PCRE) au-delà du 23 octobre et remplacera l'aide aux entreprises par des programmes plus ciblés.

«On est en train de voir que l'économie reprend dans la plupart des secteurs», explique le premier ministre Justin Trudeau, qui en a fait l'annonce à Ottawa accompagné de la vice-première ministre Chrystia Freeland.

«On reconnaît qu'il y a une pénurie de main-d’œuvre dans certains secteurs et les gens ont la possibilité de retourner au travail, poursuit-il. De continuer un appui général n'est pas tout à fait nécessaire pour l'économie.»

L'abandon de la PCRE et les changements à l'aide aux entreprises amèneront une réduction des dépenses liées à la pandémie. Le ministère des Finances estime que les nouvelles mesures d'aide aux entreprises coûteront 7,4 milliards $ du 24 octobre au 7 mai. «Cela se compare aux 289 milliards $ que nous avons dépensés en soutien aux travailleurs et aux entreprises depuis le début de la pandémie», dit Mme Freeland.

 

L'aide aux entreprises

La subvention salariale d'urgence du Canada (SSUC) et la subvention d'urgence pour le loyer (SUCL) prendront donc fin le 23 octobre, comme prévu. Le programme d'embauche pour la relance économique du Canada (PEREC), pour sa part, est prolongé jusqu'au 7 mai prochain.

Le fédéral lance un programme de relance pour le secteur touristique, qui offrira du soutien aux employeurs avec une subvention salariale et aux loyers. «On parle ici des hôtelleries, des restaurateurs et des agences de voyages, qui font encore face à des restrictions visant la santé publique et les voyages», précise Mme Freeland.

Le taux de subvention de l'aide destinée au tourisme commencera à 40% pour les entreprises ayant subi une perte de revenus d'au moins 40% et pourrait monter jusqu'à 75%, selon les pertes de revenus subies.

Le fédéral prévoit aussi une aide pour les entreprises «les plus frappées» par la pandémie. Pour avoir droit à l'aide au loyer et à la subvention salariale, les entreprises devront avoir enregistré une perte de revenus d'entre 50% et 75%. Le taux de subvention variera entre 10% et 50%, selon l'ampleur de la perte de revenus.

Les deux nouveaux programmes seront maintenus jusqu'au 7 mai. Leur générosité sera toutefois réduite progressivement de 50% du 13 mars au 7 mai.

 

Aide pour les confinements locaux

Le fédéral prévoit également un programme d'aide en cas de confinement local. Si un confinement devait être mis en place dans une région particulière, les programmes d'aide aux travailleurs, l'aide au loyer et la subvention salariale seraient alors offerts.

«Nous voulons que les provinces, les territoires et les municipalités puissent continuer de prendre les bonnes décisions pour la santé publique, en sachant que l'aide sera là pour les travailleurs et les entreprises», dit Mme Freeland.

Sur le même sujet

Mise à jour économique: une pluie de bonnes nouvelles

BLOGUE INVITÉ. «Le gouvernement ne fait que distribuer aux contribuable les fruits de sa bonne gestion de la pandémie.»

QS demande à la VG d'approfondir son enquête sur les prêts accordés par Fitzgibbon

L’opposition à Québec n’a pas hésité jeudi à parler de «favoritisme» de la part du ministre de l'Économie.

À la une

Omicron plonge les Fêtes et les Canadiens dans l'incertitude

Mis à jour il y a 59 minutes | La Presse Canadienne

Les plans de nombreux Canadiens en vue du temps des Fêtes sont plongés dans l’incertitude.

5. Calendrier de l'avent des affaires: le métavers

CALENDRIER DE L'AVENT DES AFFAIRES. Univers parallèle dans lequel rêvent de se réfugier les habitants des pays riches...

Nationaliser l’hydrogène vert serait une mauvaise idée

04/12/2021 | François Normand

ANALYSE. L'industrie n'a pas de problème, et on se priverait de capitaux privés, en plus d'assumer tous les risques.