Novartis heurtée par les génériques et les devises

Publié le 29/01/2014 à 07:22

Novartis heurtée par les génériques et les devises

Publié le 29/01/2014 à 07:22

Par AFP

Photo: Bloomberg

Le groupe pharmaceutique suisse Novartis a vu son bénéfice net grignoté par l'impact défavorable des devises en 2013, et s'attend à ce que l'érosion des ventes liée à la concurrence des médicaments génériques augmente cette année.

Sur l'année écoulée, le bénéfice net a reculé de 1% à 9,2 milliards de dollars, mais est néanmoins ressorti en hausse de 7% à taux de changes constants.

Son résultat opérationnel a affiché un repli de 3% à 10,9 milliards de dollars. Son chiffre d'affaires a quant à lui progressé de 2% une fois converti en dollars, et de 4% à taux de changes constants, pour atteindre 57,9 milliards, les ventes ayant été affectées par la faiblesse du yen et des monnaies des pays émergents face au billet vert.

Alors que le groupe est, comme nombre de ses concurrents, confronté à la question des médicaments génériques, l'érosion des ventes liée à ces produits moins onéreux s'est chiffrée à 2,2 milliards de dollars l'an passé.

Pour 2014, le groupe a dit s'attendre à ce que cette pression augmente, estimant son impact sur les ventes à 3 milliards de dollars si la version générique du Diovan, son traitement phare pour l'hypertension, est lancée au deuxième trimestre aux États-Unis pour son utilisation en monothérapie.

Novartis a perdu l'exclusivité pour ce produit aux États-Unis en 2012, mais le groupe suisse a jusqu'à présent bénéficié du retard dans le lancement d'une version générique sur le marché américain.

Les ventes du Diovan ont toutefois chuté de 20% en 2013, pour totaliser 3,52 milliards de dollars, le groupe ayant également perdu l'exclusivité de ce produit dans l'Union européenne et au Canada.

Le groupe mise cependant sur ses nouveaux médicaments pour prendre la relève. En 2013, ces produits de croissance ont contribué aux recettes à hauteur de 18,1 milliards de dollars, leur part dans les ventes du groupe ayant augmenté par rapport à l'exercice précédent.

Le directeur général, Joseph Jimenez, a en particulier souligné que le groupe avait obtenu 18 homologations pour ses nouveaux médicaments durant l'année écoulée et que les autorités sanitaires ont accordé le statut de traitement novateur à trois de ces nouveaux produits.

Galvus, son nouveau médicament contre le diabète, a ainsi atteint cette année le statut de médicament «blockbuster», avec des ventes qui ont atteint 1,2 milliard.

«Les produits de croissance ont continué leur progression, ce qui a rajeuni notre portefeuille et renforcé les perspectives de croissance», a-t-il déclaré dans le communiqué.

Joseph Jimenez a également dit compter sur les gains de productivité pour entretenir la croissance et compenser l'impact de l'arrivée à échéance des brevets.

Pour l'exercice 2014, le géant pharmaceutique s'est montré plus prudent sur ses perspectives. Dans l'hypothèse où le concurrent du Diovan serait lancé aux États-Unis au deuxième trimestre, il s'attend à une croissance à un chiffre du chiffre d'affaires dans le bas à milieu de fourchette, une formule consacrée pour indiquer que celui-ci pourrait afficher une progression allant jusqu'à 5%. L'an passé, le groupe prévoyait une croissance d'au moins 5% pour 2014 et 2015.

Hors effet du retard sur le Diovan en monothérapie aux Etats-Unis, le groupe a toutefois précisé s'attendre à des ventes de l'ordre de 5%, confirmant ainsi ses prévisions.

Dans sa division pharmacie, où les ventes ont atteint 8,3 milliards de dollars en 2013, Novartis a dit prévoir une performance comparable cette année.

Le groupe s'est toutefois montré plus confiant pour Alcon, sa division dédiée à l'ophtalmologie, avec une croissance attendue de 5 à 10%, et une

«Novartis a livré des chiffres pour l'année 2013 solides qui ont largement répondu aux attentes», a commenté David Kägi, analyste chez J. Safra Sarasin, soulignant toutefois que les marges avaient été légèrement sous pression.

À suivre dans cette section


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Votre chaîne d'approvisionnement peut-elle résister aux virus?

22/02/2020 | François Normand

ANALYSE - Les chaînes d'approvisionnement sont vulnérables. Voici trois stratégies pour réduire les risques de rupture.

Titans techno: un peu trop tôt pour parler de fièvre

BLOGUE. Les parallèles avec la bulle dot-com de 2000 se multiplient. Voici quelques repères.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

22/02/2020 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.