Trois titres à surveiller : Banque de Montréal, Family Dollar et Rogers Communications

Publié le 26/08/2010 à 06:55, mis à jour le 26/08/2010 à 06:55

Trois titres à surveiller : Banque de Montréal, Family Dollar et Rogers Communications

Publié le 26/08/2010 à 06:55, mis à jour le 26/08/2010 à 06:55

Par lesaffaires.com

Photo : Bloomberg

Que faire avec les titres de Banque de Montréal, Family Dollar et Rogers Communications ? Notre équipe de journalistes vous présente quotidiennement les opinions des analystes sur certains titres à surveiller.


Banque de Montréal (Tor., BMO)


BMO a dévoilé un résultat inférieur aux attentes pour son troisième trimestre de l’année financière 2010. Les activités de négociation ont particulièrement déçu, mais la situation devrait se rétablir au cours du prochain trimestre, estime Peter Routledge, analyste de la Financière Banque Nationale. Selon M. Routledge, la dépréciation du titre de BMO s’explique par son secteur américain. Celui-ci représente 29% de ses actifs, mais seulement 2% des bénéfices du troisième trimestre, note-t-il. Si l’économie américaine continue à démontrer des signes de faiblesse, la valeur du titre de BMO pourrait en souffrir, prévient M. Routledge, qui fait passer son cours-cible de 65$ à 64$. Le recul du titre de la banque canadienne est quelque peu exagéré, car les résultats pour le secteur canadien étaient satisfaisants, croit pour sa part John Reucassel, analyste de BMO Marchés des capitaux. Celui-ci abaisse sa cible qui passe de 67$ à 62$. Kevin R. Choquette, analyste de Scotia capitaux, maintnir sa cible, établie à 70$. S.R.


Family Dollar (NY, FDO)


Les détaillants à petits prix ont eu la cote des investisseurs tout au long de la récession, mais le potentiel de certains d'entre eux devient moins attrayant. Family Dollar Stores reste un titre intéressant à conserver en portefeuille, mais la croissance de ses bénéfices ralentira de 25 % en 2010 à 13 % en 2011, dit Wayne Hood, de BMO Nesbitt Burns. Son titre pourra difficilement surpasser le rendement du marché, puisque son évaluation est déjà supérieure de 29 % à celle de l'indice S&P 500. D.B.


Rogers Communications (Tor., RCI.B)


Le titre du principal câblodistributeur et fournisseur sans-fil au pays s'est apprécié cinq fois plus que l'indice S&P/TSX depuis septembre 2009. Ce gain limite le potentiel d'appréciation de son titre, dit Vince Valentini, de TD Newcrest. L'action de Rogers touche des nouveaux sommets parce que les investisseurs y trouvent une solution de rechange à court terme aux titres des producteurs de ressources et des banques, en raison du ralentissement économique. L'analyste n'est pas prêt à relever son cours-cible de 43 $ parce que la croissance de Rogers ralentit, que son titre n'est plus bon marché et que les attentes de bénéfice des analystes sont élevées. D.B.


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

À la une

Est-ce la tâche du gouvernement de sauver nos sièges sociaux?

BLOGUE INVITÉ. Le gouvernement doit tout faire pour éviter que certaines entreprises dites stratégiques soient vendues.

Que faut-il savoir sur Huawei?

Les consommateurs apprécient ses appareils, mais les États s'inquiètent de la proximité entre l'entreprise et Pékin.

À surveiller : Loblaw, BRP et Blackberry

Que faire avec les titres de Loblaw, BRP et Blackberry? Voici quelques recommandations d’analystes.