Olivier Schmouker - Votre créativité nuit-elle à votre carrière?

Publié le 20/05/2011 à 09:11, mis à jour le 20/05/2011 à 13:21

Olivier Schmouker - Votre créativité nuit-elle à votre carrière?

Publié le 20/05/2011 à 09:11, mis à jour le 20/05/2011 à 13:21

J’ai découvert cela grâce à une étude lumineuse intitulée Recognizing creative leadership, signée par trois chercheurs : Jennifer Mueller, de l’University of Pennsylvania, Jack Goncalo, de la Cornell University, et Dishan Kamdar, de l’Indian School of Business. Ceux-ci ont voulu voir comment les personnes créatives étaient perçues par leurs collègues, et ont ainsi mis au jour le fait que ce talent bridait plus qu’autre chose leur carrière…

Voici comment ils s’y sont pris… Dans une première expérience, les trois chercheurs ont demandé à 55 des 346 employés d’une division d’une multinationale implantée en Inde d’évaluer le potentiel de leadership de chacun des 291 autres qu'ils connaissaient bien. L’évaluation se basait sur plusieurs critères, comme leur aisance face à la nouveauté, leur comportement avec les autres, leur motivation, leur créativité, etc. Résultat? Une forte corrélation entre le fait d’être créatif et le fait d’être un piètre leader! «A priori, on croit tous que la créativité est un atout. D’ailleurs, personne ne va dire spontanément qu’il ne veut pas être quelqu’un de créatif. Mais voilà, quand quelqu’un émet une idée vraiment neuve, la première réaction des autres est de dire «Wow! Qu’est-ce que c’est que ça?». C’est le signe que la nouveauté suscite d’emblée un inconfort», explique Jennifer Mueller.

Dans la deuxième expérience, les trois chercheurs ont demandé à 194 étudiants d’une grande université américaine de jouer à un jeu. La moitié d’entre eux ont interprété le rôle des innovateurs, et l’autre, celui des évaluateurs ; et dans le premier groupe, deux catégories ont été instaurées, à savoir celle de ceux qui avaient des idées géniales et celle de ceux qui avaient des idées pragmatiques.

Chaque étudiant avait 10 minutes pour faire sa présentation aux évaluateurs, lesquels devaient attribuer une note au projet en fonction de sept critères tournant autour des notions de créativité et de leadership (à noter que les chercheurs ont pris soin de prendre pour cette expérience des personnes qui avaient des talents d’orateurs semblables). Idem, ceux qui brillaient par leurs idées géniales n’ont pas été perçus comme de bons leaders, c’est-à-dire comme les bonnes personnes pour mener à bien le projet ambitieux qu’elles avaient. Ceux qui s’en sont sortis le mieux ont été, en fait, les participants qui ont émis des suggestions pragmatiques et peu originales…

«Cela montre bien que ce qui fait surtout la valeur d’un leader aux yeux d’un groupe, c’est sa capacité à diminuer l’incertitude. Chacun s’attend à ce que le leader prenne les choses en mains et donne une direction claire à suivre, tout en étant sûr de ce qu’il entreprend. Pas à ce qu’il ait mille idées différentes par jour, ce qui est désorientant pour les autres», indique Mme Mueller.

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Les mises en chantier de logements seront inférieures aux cibles de 2030, dit la SCHL

L’Ontario, le Québec et la Colombie-Britannique devront doubler le nombre de mises en chantier.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...