Étudiants, voici comment jongler avec ce semestre virtuel

Publié le 24/09/2020 à 08:00

Étudiants, voici comment jongler avec ce semestre virtuel

Publié le 24/09/2020 à 08:00

Une femme devant son ordinateur

(Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. La salle de classe me manque terriblement. Certes, je suis extraverti et je m’épanouis grâce aux interactions en personne et les rencontres sociales, mais beaucoup de mes collègues et de mes étudiants partagent ce point de vue.

Il est certain que l’expérience universitaire ne sera pas la même que d’habitude cet automne. Bien que je puisse généralement observer un flux constant d’étudiants traversant le campus de l’Université McGill depuis mon bureau à cette période de l’année, la vue est très différente cette année. Tout est particulièrement calme. Même les étudiants qui ont fait le voyage pour vivre plus près de l’université se retrouvent pour la plupart à suivre les cours à distance.

J’entame maintenant la quatrième semaine de ce semestre et je suis très conscient des défis qu’un semestre à distance pose à mes élèves. La précaution est nécessaire, mais l’enseignement en ligne comporte ses propres enjeux qui viennent s’ajouter à un parcours universitaire déjà exigeant. Certains étudiants n’ont peut-être pas une bande passante suffisante pour pouvoir suivre les cours. D’autres peuvent ne pas avoir l’espace nécessaire pour créer un environnement propice à l’étude.

L’enseignement à distance, de par sa conception, élimine la possibilité d’interactions en personne entre les instructeurs et les étudiants, qui est au cœur de l’expérience traditionnelle sur le campus. Depuis que la majorité des lieux de travail et des écoles ont été fermés en mars, nous avons tous reconnu les avantages de la communication en personne. La salle de classe physique, par exemple, facilite l’établissement de liens avec les pairs, les enseignants et l’université dans son ensemble et, en tant qu’environnement, elle permet aux étudiants de se concentrer plus facilement.

J’enseigne deux de mes cours en ligne et mon dernier séminaire dans un format hybride, avec certains étudiants dans la salle de classe et les autres sur Zoom. Jusqu’ici cela se passe mieux que je ne l’avais prévu. Néanmoins, cette expérience me fait réfléchir à la manière dont les étudiants peuvent aborder le semestre et potentiellement celui qui suivra pour essayer de réduire l’isolement qui accompagne un semestre universitaire en ligne.

1. Communiquez avec vos instructeurs. Les étudiants entendent souvent ce conseil lorsqu’ils assistent aux cours en personne, mais cette idée reste tout aussi importante — si ce n’est plus — à l’ère de l’enseignement en ligne. Les professeurs, les aides-enseignants et les autres membres du personnel éducatif sont là pour aider les étudiants à apprendre.

Ils peuvent également servir de mentors aux étudiants, surtout dans un environnement aussi perturbé, en leur suggérant des lectures complémentaires qui pourraient correspondre à leurs intérêts ou même des mesures de développement de carrière. Les horaires de porte ouverte sont une occasion privilégiée de nouer des liens avec le personnel enseignant. Ils permettent aux étudiants de demander des conseils et de poser des questions à leurs professeurs, mais c’est aussi un bon moment pour établir un lien plus personnel et apprendre à se connaître.

Pour les plus introvertis, la connexion numérique peut également contribuer à apaiser leur appréhension à l’idée d’avoir une conversation en tête à tête avec leur professeur. Dans mon cas, je tiens des permanences trois fois par semaine ce semestre. Une fois assez tôt le matin, puis une autre fois en début d’après-midi et enfin en soirée pour permettre aux étudiants situés dans des fuseaux horaires différents de participer. Il n’a jamais été aussi facile d’approcher un professeur ; ne laissez pas passer l’occasion !

2. Communiquez avec vos pairs. En général, les étudiants disposent d’un réseau social intégré à la classe. Dans une salle de classe traditionnelle, il suffit de quelques secondes pour établir un lien en se tournant vers la personne à côté de vous et en se présentant. Dans mes cours, j’interromps souvent mes sessions avec des questions programmées pour encourager les étudiants à interagir non seulement avec le contenu du cours, mais aussi les uns avec les autres.

En l’absence d’interactions aussi faciles, trouvez d’autres moyens d’établir une relation avec vos pairs, qui sont probablement confrontés aux mêmes difficultés que vous dans la salle de classe virtuelle. Utilisez les outils numériques à votre disposition pour mettre en place des groupes d’étude et d’autres formes de partage des connaissances.

Profitez également de ces outils pour organiser des réunions non universitaires. Prenez un café avec un camarade de classe avant le début des cours ou organisez une soirée de jeux de société en ligne avec la classe pour fêter la fin de la semaine.

3. Exprimez-vous. De la même manière que le travail à distance semble rendre plus difficile la possibilité de se faire remarquer et de recevoir une promotion, il est plus difficile d’attirer l’attention de l’enseignant dans une salle de classe numérique. Il est également plus difficile d’assimiler le contenu de la classe sans s’y confronter directement, sans le remettre en question et sans en discuter en personne.

Trouvez des occasions pour poser des questions lorsque vous êtes confus ou apportez votre contribution sur les concepts de la classe. Votre professeur vous consacrera probablement du temps sous forme de séances de questions-réponses, de forums de discussion ou de réunions en petits groupes.

Profitez-en et si vous ne pensez pas qu’il existe des occasions naturelles de vous exprimer en classe, trouvez un moyen de suggérer de les intégrer dans le cours. Les instructeurs s’adaptent également aux nouvelles réalités de l’enseignement à distance et ils seront heureux de trouver des moyens d’améliorer votre expérience et de mieux vous connaître, vous et vos pairs.

4. Trouvez des moyens de vous investir dans la vie du campus. La découverte de nouvelles activités extrascolaires peut ne pas sembler évidente ou facile sur un campus à distance, mais les établissements et leurs groupes affiliés se sont préparés pour le semestre à venir.

Parcourez les sites web consacrés à la participation des étudiants et contactez les groupes que vous trouvez intéressants pour voir comment ils abordent le semestre. En participant virtuellement à ces activités, certains étudiants auront le sentiment d’avoir plus de souplesse pour s’adonner à des passe-temps auxquels ils ne se seraient peut-être pas essayés autrement.

Le fait de rencontrer un tout nouveau groupe de personne en ligne peut aider à réduire votre timidité et vous pourriez découvrir une nouvelle passion en cours de route.

5. Faites des pauses. Essayer de transférer toute votre expérience universitaire en ligne sera fatigant. Passer toute la journée assis devant un écran peut être déstabilisant. Même si vous prenez des mesures pour vous rapprocher de vos camarades et de vos professeurs, l’expérience peut aussi vous paraître incroyablement aliénante.

N’oubliez pas de prendre du temps pour vous éloigner du campus virtuel. Promenez-vous. Tentez de cuisiner une nouvelle recette. Faites un peu d’exercice. Parlez avec votre famille ou vos amis. Reconnaissez la réalité des exigences que la distanciation sociale nous impose et prenez un temps de pause supplémentaire ; nous l’avons bien mérité !

Le fait de mettre une distance saine entre vous et votre ordinateur ne fera que vous rendre plus enthousiaste à l’idée de retourner dans la salle de classe virtuelle. 

 

Karl Moore et Marie Labrosse. Karl est professeur associé à la Faculté de gestion Desautels et Marie est étudiante en maîtrise de littérature anglaise, tous deux à l’Université McGill.

À propos de ce blogue

Chaque semaine, Karl Moore, professeur agrégé à la Faculté de gestion Desautels de l’Université McGill, s’entretient avec des dirigeants d’entreprise de calibre mondiale au sujet de leur parcours, les dernières tendances dans le monde des affaires et l’équilibre travail-famille, notamment.

Karl Moore

Sur le même sujet