Avant d'abattre les murs, discutez-en donc avec vos employés!

Publié le 25/02/2019 à 11:30

Avant d'abattre les murs, discutez-en donc avec vos employés!

Publié le 25/02/2019 à 11:30

Récemment, de grandes entreprises ont procédé à des réaménagements majeurs de leurs espaces de travail. Plusieurs ont abattu leurs murs et décloisonné leurs espaces de travail, y compris ceux de la haute direction, pour adopter des aménagements à aires ouvertes. Toutefois, quels impacts ces changements ont-ils sur les personnes concernées ? Qu’est-ce que ces changements apportent réellement aux organisations ? Quels sont les nouveaux enjeux soulevés par ces transformations ? Et surtout, quelles sont les grandes tendances sous-jacentes à ces transformations ? Autant de questions que se pose Viviane Sergi, professeure de management au Département de management et technologie de l’ESG UQAM. Mme Sergi sera l’une des invitées de la conférence Gestion des espaces de travail, présentée par les Événements Les Affaires le 30 avril prochain, à Montréal.

Pourquoi autant de questions à propos de ces nouveaux réaménagements ?

Viviane Sergi : C’est que les entreprises éprouvent plusieurs besoins à l’heure actuelle : elles cherchent à mieux collaborer, à avoir plus de fluidité dans les échanges, à instaurer davantage de transversalité… Pour leur part, les employés veulent plus d’autonomie au travail et plus de flexibilité afin de mieux gérer leurs contraintes professionnelles et personnelles. Dans ce contexte, les organisations se tournent vers les espaces de travail plus ouverts pour développer de nouvelles pratiques et pour favoriser une meilleure communication. Le virage numérique, qui facilite le travail mobile et à distance, nourrit également cette tendance. Mais il n’y a pas de solution simple et rapide à ces besoins. Les organisations doivent prendre le temps de bien soigner cette démarche de transformation.

bannière présentation conférence gestion des espaces de travail

Croyez-vous que certaines organisations se lancent trop rapidement dans ces transformations ?

V. S. : Ces processus demandent du temps, et gagnent à reposer sur une approche participative. Avant de procéder au réaménagement de ses espaces, une organisation devrait réfléchir au projet sous tous ses angles, et pas seulement sur le plan physique et spatial. Par exemple, comment de nouveaux espaces pourraient-ils favoriser davantage d’interactions entre les personnes? Comment pourraient-ils contribuer au bien-être au travail et au sentiment de productivité des employés ? Pour éventuellement profiter des fruits de la collaboration, une organisation doit au préalable bien comprendre quels sont ses réels enjeux. Plus largement, quelles sont les racines des problèmes qu’elle identifie et veut régler ? Il n’est pas rare que ces racines soient liées aux pratiques de management et à la culture en place. Or, ce n’est pas parce que l’on réaménage l’espace que l’on change systématiquement la culture organisationnelle !

Avez-vous des recommandations pour les organisations qui considèrent une telle transformation ?

V. S. : Je suis chercheure, je n’ai donc pas de solutions toutes faites à proposer ! Mais je crois néanmoins qu’une des clés d'une transformation des espaces de travail réussie repose sur la réflexion que mèneront les organisations avant de passer à l’action et sur le processus qu’elles déploieront dans la foulée. Opter pour une approche qui mobilise activement les employés, et qui repose sur une analyse fine des activités me semble fondamental. Il faut bien comprendre comment les employés travaillent actuellement pour concevoir comment faciliter leur travail avec une telle transformation des espaces. Et justement, ceux qui en savent le plus sur leur travail et leurs besoins sont les employées eux-mêmes, d’où l’importance d’une approche qui les implique tout au long du processus.

 

Sur le même sujet

Immobilier: l'activité a explosé en mai dernier au Québec

06:45 | Les Affaires - JLR

BULLETIN LES AFFAIRES-JLR. En mai 2019, les ventes résidentielles ont enregistré des variations de 13% à 17% sur un an.

Ottawa précise les modalités de son programme d'aide d'accession à la propriété

17/06/2019 | Martin Jolicoeur

Les prêts seront remboursables, sans intérêt, et modulables en fonction des variations de valeur de la propriété.