Arrêtez de rendre vos employés heureux

Publié le 14/09/2023 à 12:00

Arrêtez de rendre vos employés heureux

Publié le 14/09/2023 à 12:00

Photo: Priscilla du Preez- pour Unsplash.com

EXPERT INVITÉ. Un employé heureux n’est pas nécessairement un employé engagé.

Bien que l'on puisse les confondre, le bonheur et l'engagement des employés sont deux concepts qui se recoupent souvent dans l'environnement de travail. C’est normal: un employé heureux risque évidemment de contribuer à créer une atmosphère positive dans l'entreprise ce qui peut entraîner un haut degré d'engagement. De la même manière, les employés qui sont impliqués, qui se sentent épanouis et satisfaits dans leur travail ont tendance à déclarer un niveau de bonheur supérieur à leurs collègues qui ne sont pas engagés.

En raison de leur grande similitude, beaucoup de leaders vont considérer le bonheur et l’engagement comme identiques, ce qui les conduits malheureusement à mettre la majorité de leur énergie à rendre leurs employés heureux pour diminuer le roulement et augmenter la productivité. C’est selon moi une erreur importante.

Le problème est que, même si l’objectif de rendre son équipe heureuse est louable, se concentrer uniquement sur le bonheur des employés peut s’avérer contre-intuitif – et avoir un coût important.

Des employés heureux

Par définition, le bonheur est un sentiment abstrait et très personnel. Elle repose sur un nombre infini de facteurs externes et internes. Dans cette optique, le bonheur des employés est pratiquement impossible à mesurer. Toutefois, vous pouvez utiliser différents outils pour prendre le pouls du bonheur de vos employés. Si la majorité de vos employés répondent qu’ils sont heureux, je suis convaincu que vous vous sentirez rempli de fierté. Mais vous devriez vous poser une autre question tout aussi importante: de quoi sont-ils heureux?

Sont-ils heureux des avantages ou de contribuer à votre projet? Sont-ils engagés ou simplement heureux?

C’est important, car lorsqu’un employé heureux manque d’engagement, il est fort probable qu’il soit aussi improductif. Ils sont heureux des conditions que l’entreprise leur propose, de leur relation avec leurs collègues ou des nombreux autres points énumérés précédemment.

En fait, ils sont heureux – mais heureux de travailler pour gagner leur vie.

Un employé désengagé, mais heureux est tout simplement un employé sous-performant. Quelle que soit l'ampleur de son sourire au quotidien, être improductif, paresseux et peu disposé à innover est dangereux pour toute entreprise, encore plus si vous disposez de ressources limitées et que chaque embauche est cruciale.

Des employés engagés 

Les employés engagés sont complètement différents des employés simplement heureux. Par définition, être engagé, c’est être fortement investi, motivé et dévoué à contribuer activement et positivement dans un projet. Par conséquent, les employés engagés sont émotionnellement impliqués et investis dans leur travail, se souciant de ce qu'ils font et de l'objectif général de l'entreprise. Ils comprennent comment ils interviennent et comment ils peuvent contribuer à une vision plus globale. Ils seront souvent perçus comme les « superstars » dans l’entreprise.

Les employés engagés sont ceux qui considèrent votre réussite comme la leur. Ce sont d’une certaine manière les « intrapreneurs » de votre organisation.

Ce sont ceux qui donnent le petit effort supplémentaire qui est parfois nécessaire pour être en mesure de résoudre une problématique technologique ou client. C’est aussi ceux qui ont une réelle préoccupation du bien être vos clients, sollicitant souvent leur rétroaction.

Les employés engagés sont prêts à faire un peu plus que la majorité.

En revanche, contrairement à ce que beaucoup pensent, les employés engagés ne sont pas nécessairement «heureux» ; en fait, ils peuvent être plus stressés, simplement parce qu’ils ne se soucient pas uniquement d’eux.

Ils sont généralement assez simples à identifier et répondent à deux caractéristiques principales.

1 – Affiliation. Votre employé a le sentiment de faire partie de l'organisation, ce qui est mesurable. Par exemple, votre employé est fier de travailler pour votre entreprise.

2 – Effort. Ils dépassent les attentes et vont au-delà de ce qu'on attend d'eux, ce qui est également mesurable. Par exemple, votre employé ferait plus que ce qu'on attend simplement de lui dans son travail tout en étant vraiment attentif à la qualité du travail qu’il réalise.

Oui, mais mes employés sont satisfaits de leur travail!

Souvent utilisées à mauvais escient en même temps que le bonheur des employés, beaucoup d'organisations tentent de favoriser la satisfaction au travail – croyant que cela amènera de facto l’engagement et le bonheur combiné.

Mais la vérité est que ces tactiques mènent souvent à ce que les employés ne soient pas satisfaits ou heureux de leur travail, mais plutôt de ce qu’ils en retirent.

«Qu'est-ce qu'il y a pour moi?»

Qui ne serait pas satisfait d’avoir la semaine de 4 jours, un barista au bureau, les repas gratuits, la possibilité de travail quand il le souhaite, d’où il le souhaite, d’avoir moins de pression, de pouvoir prendre des vacances de manière illimitée, d’avoir un salaire élevé, de partir dans le Sud avec toute l’entreprise durant les congés, etc. Personne! Pourtant, tous ces avantages ne garantissent aucunement que vos employés heureux seront engagés.

En règle générale, cela est considéré comme une solution miracle comme «ajoutons des tables de baby-foot, les gens vont revenir au bureau» ou encore «lançons un programme de vacances illimitées, cela va motiver les gens».

Mais encore une fois, un employé satisfait n’est pas nécessairement engagé. Le plus souvent, la satisfaction est placée au premier plan et les avantages sont introduits sans pour autant tenir compte de l’engagement réel.

Après tout, la recherche a montré que les avantages sont généralement des motivateurs de courte durée. Si tous les autres éléments du travail restent inchangés, l’employé redeviendra tout simplement insatisfait (ce qui signifie qu’il sera désengagé). C’est simplement un résultat inévitable et personne n’y gagne vraiment (et surtout pas vous).

Par exemple, il y a quelques mois, je dinais avec un employé clé de Connect&GO. J’entendais qu’il n’était pas très engagé et je voulais mieux comprendre pourquoi. Il me lança simplement «tu sais Dominic, je ne fais rien de plus que ce qu’on me demande, car je ne suis pas motivé en ce moment». Quand je lui ai demandé pourquoi il ne quittait pas l’entreprise, sa réponse a été tout aussi directe: «avec tous les avantages qu’on a, personne n’a vraiment envie de partir». J’ai dès lors compris que nous avions misé beaucoup trop sur la satisfaction de nos employés plutôt que sur leur engagement.

Est-il impossible que les avantages stimulent l’engagement?

La réalité est que les avantages sont importants, mais ils ne suffisent pas. Seule une entreprise qui s'intéresse à la culture et au leadership peut utiliser les avantages en tandem avec les initiatives d'engagement.

Bref, les employés ont des exigences et des attentes, mais de manière réaliste, une augmentation des salaires n’aura aucun impact positif sur les résultats de l’entreprise.

Combinez bonheur, satisfaction et engagement

Si vous souhaitez réellement avoir de l’engagement, vous devez inévitablement aussi penser à leur bonheur et leur satisfaction. Les trois volets sont importants, même s'ils n'ont pas le même poids.

Vous devez par conséquent développer une stratégie permettant d’atteindre les trois points suivants.

1 - «Je suis engagé dans mon entreprise.» Votre employé doit croire en votre mission principale et aller au-delà des attentes pour accomplir les tâches qui la remplissent.

2 - «Je suis heureux dans mon travail.» Vous devez permettre à votre employé d’être heureux de travailler dans votre entreprise, cela arrivera en maintenant une communication ouverte, en favorisant le positivisme ainsi qu’en créant des moments permettant de créer des liens fort entre collègues.

3 - «Je suis satisfait de mon travail.» Les avantages que me procure mon emploi me donnent l’impression que c’est le bon endroit où être et que l’entreprise reconnait ma valeur.

Idéalement, vous vous concentreriez sur les trois portions dans un rapport de 70 : 20 : 10.

La plus grande partie de votre énergie (70%) doit être consacrée à l’engagement. Cela débutera par la compréhension et l’adhésion à votre mission et votre vision par vos équipes ainsi que par vos valeurs d’entreprises qui ne doivent pas être que des «mots sur un mur». Plus vos employés comprendront pourquoi ils sont là, pourquoi ils font ce qu’ils font et pourquoi cela contribue à l’objectif, plus ils seront engagés.

Une fois que cela est fait, vous pourrez maintenant mettre du temps sur la satisfaction des besoins plus tangibles dont les employés sont généralement plus conscients (par exemple, ils ont l'impression de ne pas être suffisamment payés) et sur leur bonheur en général.

Alors avant de dépenser des ressources précieuses sur des avantages extravagants ou des aménagements de bureau cool pensant que cela fera revenir vos employés, prenez du recul et réfléchissez à ce qui compte vraiment pour vos employés. Investissez dans des pratiques de gestion positives dans le développement professionnel et dans une culture d'entreprise qui favorise l'inclusion et l'innovation. C'est ainsi que vous susciterez un engagement authentique et durable de la part de vos employés et c'est ce qui vous aidera à bâtir une start-up prospère à long terme.

À propos de ce blogue

L’innovation et l’entrepreneuriat sont deux sujets qui me touchent particulièrement. Depuis mon plus jeune âge, mon TDA/H m'a toujours donné l’impression d’être différent. Ce surplus d’énergie constant est devenu un véritable incubateur à idées. Je partagerai donc avec vous mes réflexions et des histoires inspirantes qui touchent l’innovation, mais aussi la santé mentale des entrepreneurs. Parfois provocant, je m’assurerai de vous sortir de votre zone de confort.

Dominic Gagnon

Sur le même sujet

Comment restructurer les dettes de mon petit café et éviter la faillite?

LE COURRIER DE SÉRAFIN. Voici cinq options de restructuration de dettes pour aider à naviguer dans ces eaux troubles.

Repreneuriat: des employés au rendez-vous

23/04/2024 | Emmanuel Martinez

REPRENEURIAT. Le taux de survie des coopératives est bien meilleur que celui des entreprises privées.

Blogues similaires

Les méchants riches

EXPERT INVITÉ. Il faut faire attention de ne pas mettre tous les riches dans le même panier.

Cinq secondes pour un destin

27/04/2022 | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Même en temps de crise, on devrait toujours aller de l’avant en ne s’éloignant jamais de l’essentiel.

Noël aux couleurs de notre culture

21/12/2021 | Mélanie Paul

BLOGUE INVITÉ. Offrir un cadeau fait par des Autochtones est un bon moyen de tisser des liens avec les Premières Nations