Montréal au coeur du boom de l'intelligence artificielle


Édition du 08 Octobre 2016

Montréal possède le plus important centre de recherche sur l'intelligence artificielle du monde, l'Institut de valorisation des données (IVADO). Les subventions pleuvent. Mais le défi demeure : pourra-t-on transformer les découvertes scientifiques de l'Institut en entreprises durables ?

L'objectif est ambitieux : faire de Montréal le berceau mondial de l'intelligence artificielle. La «Silicon Valley de l'apprentissage profond», comme le dit couramment Yoshua Bengio, directeur de la Chaire de recherche du Canada en algorithmes d'apprentissage statistique. Et pour y arriver, le chemin semble tout indiqué : «La solution est d'attirer les meilleurs chercheurs de la planète et les aider à transformer leurs recherches en applications socialement positives», dit-il.

On doit la naissance du deep learning, en 2006, au passage de ce Français d'origine et de ses collègues, son compatriote Yann LeCun et le Britannique Geoffrey Hinton, à l'Institut canadien de recherches avancées de Toronto. C'était le premier pas crucial vers ce qu'on appelle aujourd'hui, plus généralement, l'intelligence artificielle (IA).

Le deep learning, ou apprentissage profond, recourt à des algorithmes décomposant une information, par exemple le contenu d'une photo, en plusieurs couches de données séparées à être traitées simultanément. C'est ce qui permet à des ordinateurs de reconnaître les objets (par exemple, un chien, une porte) sur une photo, puis, à un niveau d'abstraction supérieur, de savoir ce que font ces objets (par exemple, le chien se déplace vers la porte).

Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

Concurrence: Washington accélère son enquête sur les GAFAM

11/02/2020 | AFP

Les autorités vont passer au crible leurs acquisitions des dix dernières années.

Expédia et TripAdvisor accusent Google de concurrence déloyale

10/02/2020 | AFP

La lettre adressée à la Commissaire européenne à la Concurrence est signée par 34 entreprises et six fédérations.

À la une

Bombardier recule en Bourse après la vente de sa division ferroviaire à Alstom

L’annonce d’une transaction avec Alstom marquait la fin du redressement de Bombardier entamé il y a cinq ans.

Train: une coalition d’entreprises demande à Ottawa de régler la crise

Une vingtaine de grandes entreprises dont ArcelorMittal, J.D. Irving et Maple Leaf pâtissent du blocage ferroviaire.

Plus d'un milliard de marchandises bloquées au Québec

17/02/2020 | François Normand

«Une grosse entreprise manufacturière canadienne devra bientôt ralentir ou fermer des chaînes de production.» - MEQ