EDC, ce n'est «pas seulement la banque de Bombardier» - Benoit Daignault, président et chef de la direction d'Exportation et Développement Canada


Édition du 17 Janvier 2015

EDC, ce n'est «pas seulement la banque de Bombardier» - Benoit Daignault, président et chef de la direction d'Exportation et Développement Canada


Édition du 17 Janvier 2015

Par Suzanne Dansereau
Courtiser les intégrateurs

Benoit Daignault, président et chef de la direction d’Exportation et Développement Canada. [Photo: Jérôme Lavallée]

En ce qui concerne le secteur des technologies des communications, les exportateurs québécois n'ont pas le choix que de passer par des intégrateurs mondiaux. C'est aussi ce que font de plus en plus de manufacturiers.

EDC a d'ailleurs une stratégie concernant les intégrateurs mondiaux. Elle les courtise, qu'ils soient au Canada ou ailleurs, pour les inciter à acheter canadien. En 2014, une somme record de 12 milliards de dollars en prêts a été réservée à cette stratégie. «Nous leur prêtons de l'argent au taux du marché, tout en leur indiquant des fournisseurs canadiens», explique M. Daignault, qui dit l'avoir fait avec des sociétés comme Ericsson et Alcatel. «Notre raisonnement est le suivant : si nous prêtons 1 $ à un intégrateur étranger mais que, grâce à cela, il achète dans cinq ans pour 1,56 $ de produits canadiens, le but est atteint.» Cette stratégie est importante pour le Québec, dans la mesure où son tissu industriel est constitué de PME.

EDC emploie la même stratégie avec les fonds d'investissements étrangers, «ce qui augmente la panoplie de nos relations», fait valoir celui qui a fait partie de la haute direction de GE Capital avant de devenir vice-président prêts d'EDC, puis président et chef de la direction.

L'autre gros effort d'EDC sous le nouveau règne de Benoit Daignault réside dans la simplification de ses processus. Une nécessité, croit-il. «Ce qu'on entend des exportateurs, c'est : "Oui j'ai besoin de vous", mais en même temps, si c'est trop complexe et prend trop de temps, on perd les gens.»

D'où l'annonce cette semaine de la nouvelle plateforme en temps réel.

À la une

Bourse: records en clôture pour Nasdaq et S&P 500, Nvidia première capitalisation mondiale

Mis à jour il y a 7 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les titres de l’énergie contribuent à faire grimper le TSX.

Le régulateur bancaire fédéral maintient la réserve de stabilité intérieure à 3,5%

Il y a 31 minutes | La Presse Canadienne

L’endettement des ménages reste une préoccupation pour le Bureau du surintendant des institutions financières.

Mine: le Québec au 5e rang mondial, mais pour combien de temps?

Il y a 2 minutes | Josée Méthot

EXPERTE INVITÉ. Le Québec est un leader en termes d'attractivité. Toutefois, un projet de loi pourrait le déclasser.