Gain en capital: la fiscalité va nuire à l’économie, selon le patron de la Nationale

Publié le 19/04/2024 à 13:58

Gain en capital: la fiscalité va nuire à l’économie, selon le patron de la Nationale

Publié le 19/04/2024 à 13:58

Par La Presse Canadienne

Selon le président et chef de la direction de la Banque Nationale, Laurent Ferreira, le Canada deviendra moins concurrentiel par rapport aux États−Unis. (Photo: La Presse Canadienne)

La hausse de l’imposition du gain en capital au−delà du seuil de 250 000 dollars ($) va nuire à l’économie canadienne, s’inquiète le président et chef de la direction de la Banque Nationale, Laurent Ferreira, en entrevue. 

Le banquier craint que la mesure ne décourage l’investissement au Canada. «Je pense que l’environnement pour la prise de risque est de plus en plus négatif», déplore-t-il en entrevue, vendredi, en marge de l’assemblée des actionnaires.

Le Canada deviendra moins concurrentiel par rapport aux États−Unis, selon lui. «Avant le budget fédéral, l’impôt sur le gain en capital à long terme, il y avait un écart (…) d’à peu près 5%−6%. Là, on est rendu dans du 16%. Ça va avoir un impact.»

«Ça augmente le coût de capital des entreprises, ajoute-t-il. Il y a un certain découragement aussi, qui va s’installer chez l’investisseur.»

Il s’inquiète également de la contre−performance de la productivité de l’économie canadienne depuis une quinzaine d’années.

Dans le budget fédéral de mardi, le gouvernement Trudeau a annoncé que les deux tiers du gain en capital seront imposés plutôt que la moitié à partir du seuil de 250 000 $, dès le 25 juin. Québec va également emboîter le pas au fédéral.

La ministre des Finances, Chrystia Freeland, avait dit en conférence de presse que le seuil de 250 000 $ avait été déterminé «précisément» pour «cibler ceux qui ont le plus de possibilités de payer un peu plus pour financer les programmes pour l’équité».

M. Ferreira rétorque que «peut−être qu’on (le gouvernement) dépense trop». «Après ça, il faut voir également quel type de productivité on va obtenir avec ces dépenses, souligne-t-il. La proportion des emplois créés dans la fonction publique a explosé au Canada versus le privé. Pour moi, c’est une source d’inquiétude.»

Le patron de la Nationale ajoute qu’on doit préserver le tissu social au Canada, mais «pour y parvenir, il faut bâtir une économie forte».

Stéphane Rolland, La Presse Canadienne

 

 

Sur le même sujet

BRP: un niveau de support qui tient le coup

Édition du 20 Mars 2024 | Jean Gagnon

BOUSSOLE BOURSIÈRE. La réaction du titre de BRP depuis le dépôt de ses résultats du 4e trimestre a de quoi étonner.

La Banque Nationale n’a rien à envier à ses concurrentes

Édition du 20 Mars 2024 | Jean Gagnon

BOUSSOLE BOURSIÈRE. Les 6 grandes banques canadiennes ont dévoilé leurs résultats financiers du premier trimestre 2024.

À la une

«Nvidia a encore défié la gravité»

Mis à jour le 22/05/2024 | AFP

L’élan donné par l’IA générative ne se dément pas.

Bourse: Wall Street termine en baisse

Mis à jour le 22/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a clôturé en baisse de plus de 120 points.

À surveiller: Saputo, Empire et CAE

22/05/2024 | Denis Lalonde

Que faire avec les titres de Saputo, Empire et CAE? Voici quelques recommandations d’analystes.