Le patron de la Banque Nationale fait 85 fois la rémunération de ses employés

Publié le 07/03/2024 à 11:28, mis à jour le 07/03/2024 à 13:40

Le patron de la Banque Nationale fait 85 fois la rémunération de ses employés

Publié le 07/03/2024 à 11:28, mis à jour le 07/03/2024 à 13:40

Par La Presse Canadienne

En 2023, la rémunération totale de M. Ferreira a reculé de 15% par rapport à l’an dernier, mais la différence est attribuable à une contribution exceptionnellement plus élevée à son régime de retraite en 2022. (Photo: La Presse Canadienne)

Le président et chef de la direction de la Banque Nationale, Laurent Ferreira, a touché une rémunération de 9,3 millions de dollars (M$) en 2023, ce qui représente 85 fois la rémunération moyenne au sein de l’institution montréalaise.

Les informations se trouvent dans des documents réglementaires envoyés aux actionnaires, jeudi.

La rémunération de M. Ferreira représente près de 85 fois la rémunération moyenne des employés de la Banque Nationale, une estimation faite à partir des données contenues au rapport annuel.

L’institution financière a accordé près de 3,4 milliards de dollars (G$) en salaires et avantages sociaux à ses plus de 31 000 employés au cours de l’exercice 2023 clos le 31 octobre. Le salaire moyen y est donc de 110 000$.

La masse salariale a augmenté de 5%, en raison des hausses de salaire et d’une augmentation des effectifs au cours de l’exercice 2023.

En 2023, la rémunération totale de M. Ferreira a reculé de 15% par rapport à l’an dernier, mais la différence est attribuable à une contribution exceptionnellement plus élevée à son régime de retraite en 2022.

Le patron de la Banque Nationale ne touche pas l’entièreté de sa rémunération puisqu’une partie est différée et sera versée plus tard. Il a encaissé près de 2,9M$ en 2023, toujours selon la circulaire de la société.

Le document indique également que la valeur de la participation actionnariale du banquier est équivalente à 24,4M$ en tenant compte des actions de la Banque Nationale détenues directement et des options d’achat.

Le conseil d’administration écrit aux actionnaires que «Laurent Ferreira a su livrer de bons résultats». Ses membres jugent que la stratégie a permis «de performer dans un contexte économique complexe».

Les cinq plus hauts dirigeants ont obtenu une rémunération totale de 28,8M$ en 2023. La comparaison avec l’année dernière apporte peu d’information puisque trois dirigeants ont eu une contribution exceptionnellement élevée à leur régime de retraite l’an dernier et qu’un dirigeant n’était pas en poste en 2022.

En 2023, le bénéfice net de la société a diminué de 1% pour s’établir à 3,3G$. Le bénéfice ajusté dilué par action a reculé de 0,1%. La direction a l’objectif de le faire croître de 5 à 10% à moyen terme.

L’exercice 2023 a été marqué par un contexte de ralentissement économique qui a représenté un vent de face pour l’industrie bancaire.

Français et diversité

Le français est très présent dans les hautes sphères de la Nationale. La totalité des neuf membres de la haute direction parle français. Au conseil d’administration, c’est le cas de 12 administrateurs sur 13. Ils sont 10 à résider au Québec.

«À titre informatif, toutes les réunions des membres de la haute direction se déroulent en français, et occasionnellement avec des passages en anglais», écrit l’institution financière dans la circulaire.

Les hauts dirigeants se trouvent également en zone paritaire. Le conseil comporte 6 femmes et 7 hommes. La haute direction, pour sa part, compte 5 femmes et 4 hommes.

La zone paritaire n’est pas atteinte pour l’ensemble des postes de dirigeants. Au total, 36,4% sont des femmes. La Nationale s’est donné l’objectif de porter cette proportion à 39% d’ici 2026.

Parmi les hauts dirigeants, 9,3% appartiennent à «une minorité visible». La Nationale veut augmenter cette proportion à 12% en 2026.

 

Stéphane Rolland, La Presse Canadienne

 

Inscrivez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les défis qui préoccupent la communauté des affaires.

Sur le même sujet

Gain en capital: la fiscalité va nuire à l’économie, selon le patron de la Nationale

Le banquier craint que la mesure ne décourage l’investissement au Canada.

BRP: un niveau de support qui tient le coup

Édition du 20 Mars 2024 | Jean Gagnon

BOUSSOLE BOURSIÈRE. La réaction du titre de BRP depuis le dépôt de ses résultats du 4e trimestre a de quoi étonner.

OPINION La Banque Nationale n’a rien à envier à ses concurrentes
Édition du 20 Mars 2024 | Jean Gagnon
Retrouvez les résultats des grandes banques canadiennes
Mis à jour le 01/03/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne
À surveiller: Banque TD, Banque Nationale et WSP
01/03/2024 | Charles Poulin

À la une

Ce projet de loi affectera toutes les entreprises

24/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Le projet de loi sur l’énergie que Pierre Fitzgibbon déposera d’ici le 7 juin sera structurant pour le Québec.

Électricité: un manufacturier sur trois en manque

23/05/2024 | François Normand

Près de 75% des entreprises des secteurs manufacturier et industriel retardent des projets ou des investissements.

Bourse: les résultats des 7 magnifiques au 1T

24/05/2024 | lesaffaires.com

D'Apple à Nvidia, qui a dépassé les attentes ou déçu les marchés.