Pierre Karl Péladeau propose une révolution du capitalisme nord-américain

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Mars 2015

Pierre Karl Péladeau propose une révolution du capitalisme nord-américain

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Mars 2015

Par François Pouliot

Le candidat à la chefferie du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, a dévoilé les éléments de son programme économique à Les Affaires. [Photo: Jérôme Lavallée]

Versement obligatoire d'une partie des bénéfices des entreprises aux employés, crédit d'impôt à ces mêmes employés lorsqu'ils participent au financement de leur entreprise, rapprochement entre les salariés et les conseils d'administration...

À lire aussi:
Martine Ouellet plaide en faveur d'un développement économique «intelligent»

Pierre Céré veut plus de transformation des matières premières
Bernard Drainville rêve de faire du Québec une économie verte

Il n'emploie pas le terme, mais ce n'est pas moins qu'une révolution de la pensée capitaliste nord-américaine et du fonctionnement des entreprises d'ici qu'exprime Pierre Karl Péladeau, dans une longue entrevue accordée à Les Affaires.

Lorsqu'on lui demande l'élément de son programme économique dont il souhaite le plus discuter, le candidat à la chefferie du Parti québécois répond tout de go : «l'intéressement». M. Péladeau veut convier toutes les forces de Québec inc. à un exercice de réflexion sur de nouvelles initiatives pour faire avancer l'économie québécoise.

Le premier volet de sa stratégie est de faire en sorte que les entreprises du Québec réservent une partie de leurs bénéfices à leurs employés. La mesure serait enchâssée dans une loi et obligatoire. La hauteur du bénéfice qui serait réservé est à déterminer. «Il est encore trop tôt pour discuter d'un quotient», dit-il.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

Autre élément de la stratégie, Québec pourrait offrir un crédit d'impôt aux employés qui participeraient au financement de l'entreprise pour laquelle ils travaillent. «Ça s'adresserait sans doute davantage aux moyennes entreprises qu'aux petites.»

Pierre Karl Péladeau pense que ces mesures pourraient aider à faire en sorte «qu'il n'y ait plus de contradiction ou d'antinomie entre le travail et le capital».

«Cela ferait en sorte que tous puissent travailler dans la perspective du développement harmonieux de l'entreprise, de l'amélioration de la productivité, de la stimulation de l'innovation et de l'intégration des réflexions qui existent au niveau des processus de fabrication», lance-t-il.

M. Péladeau voit le crédit d'impôt aux employés finançant les entreprises comme «un rétablissement du REA [régime d'épargne-actions], mais plus circonstancié».

Lorsqu'on lui demande s'il croit que le monde syndical accueillerait favorablement ces initiatives, il répond que oui. «Je ne pense pas que le monde syndical ait pour vocation d'affronter le développement harmonieux d'une entreprise. Ils veulent qu'on puisse procurer des emplois aux citoyens et citoyennes du Québec.»

L'ancien chef de la direction de Québecor reconnaît que les conflits de travail qu'il a eus avec diverses unités de l'organisation dans le passé font beaucoup de bruit. Il semble cependant d'avis que de telles mesures auraient amélioré les rapports. «Si cette situation avait existé chez Québecor, on aurait été en mesure de dire "voici les défis du Journal de Montréal". On aurait pu mieux en parler, avoir des interlocuteurs. Plutôt que de penser "on changera la convention collective quand le journal perdra de l'argent"«, illustre-t-il.

À lire aussi:
Martine Ouellet plaide en faveur d'un développement économique «intelligent»

Pierre Céré veut plus de transformation des matières premières
Bernard Drainville rêve de faire du Québec une économie verte


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Tendance inquiétante aux É.-U pour les producteurs québécois d'énergie verte

12/08/2020 | François Normand

Un rapport publié mardi montre une diminution de l’appétit des entreprises pour l’électricité renouvelable aux É.-U.

Ah, la Gaspésie!

BLOGUE INVITÉ. Après la déception de 2018, est-ce que l'expérience client fut à la hauteur cette fois-ci?

Le déficit ontarien devrait atteindre 38,5G$ en 2020-2021

En trois mois, le gouvernement ontarien a presque doublé sa projection de déficit annuel.