Faire du Québec une économie verte sera la Baie James du 21e siècle, selon Bernard Drainville

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Avril 2015

Faire du Québec une économie verte sera la Baie James du 21e siècle, selon Bernard Drainville

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Avril 2015

Bernard Drainville veut bâtir une génération d’entrepreneurs. Il propose d’introduire un cours d’économie obligatoire au secondaire et un cours optionnel sur l’entrepreneuriat.

*** Bernard Drainville s'est rallié à Pierre Karl Péladeau après que cet article ait été rédigé.

À lire aussi:
Martine Ouellet plaide en faveur d'un développement économique «intelligent»

Pierre Karl Péladeau propose une révolution du capitalisme nord-américain
Pierre Céré veut plus de transformation des matières premières

Le candidat à la chefferie du Parti québécois Bernard Drainville rêve de faire du Québec la première économie verte des Amériques. Il souhaite réduire de 90 % la consommation de pétrole d'ici 2050.

«C'est très ambitieux, reconnaît-il. Mais le Danemark, la Suède et le Royaume-Uni se sont donné cet objectif. Je ne vois pas pourquoi le Québec ne serait pas parmi les meilleurs dans ce domaine.»

L'ancien journaliste précise que selon l'OCDE, les énergies renouvelables représentent déjà 42 % de la consommation énergétique du Québec, quelques points derrière le leader, la Norvège, qui atteint 47 %. Et c'est largement au-dessus de la moyenne canadienne à 18 %.

«Les nations qui réussiront les premières à faire la transition du pétrole aux énergies vertes seront les plus prospères et les plus riches du 21e siècle. Et le Québec peut en faire partie. Oui, c'est ambitieux ! Mais depuis quand devrait-on se contenter d'être dans la moyenne ?» s'enflamme le député de Marie-Victorin.

Il ajoute que 18 milliards de dollars par année sortent du Québec pour l'achat de pétrole, creusant ainsi le déficit commercial de la province. «Imaginez un Québec qui se débarrassera du pétrole parce qu'il a investi dans ses propres énergies et dans l'électrification des transports individuels et collectifs. Autour de tout ça se seront développées des entreprises ayant une expertise pointue. Un modèle qu'on pourra exporter ensuite. Je pense que c'est la Baie James de notre temps, ce projet», affirme celui qui a bâti son projet vert avec l'ancien ministre des Transports Sylvain Gaudreault, député de Jonquière.

Bernard Drainville est conscient du fait qu'il aura fort à faire pour balayer la perception répandue selon laquelle l'environnement est l'ennemi de l'économie. Toutefois, il se dit encouragé par des exemples de réconciliation, comme celui de la Cimenterie McInnis en Gaspésie, qui s'est entendue avec des groupes écologistes contestataires pour utiliser davantage d'énergie issue de la biomasse et réduire ses émissions de GES. Il promet par ailleurs d'être à l'écoute des entrepreneurs et de moderniser de vieilles réglementations environnementales, tout en tenant compte des objectifs d'intérêt public.

À lire aussi:
Martine Ouellet plaide en faveur d'un développement économique «intelligent»

Pierre Karl Péladeau propose une révolution du capitalisme nord-américain
Pierre Céré veut plus de transformation des matières premières

À la une

Comment croître grâce à la dette?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. Toutes les dettes ne sont pas néfastes pour votre entreprise. Voici comment séparer le bon grain du mauvais:

Comment peut-on amadouer le crédit?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. La crise de la COVID-19 crée un stress financier important sur les entreprises.

Le plan d'affaires est-il essentiel au démarrage d'une entreprise?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. On ne «construit pas les pyramides sans avoir déjà construit un château de sable».