Lac-Mégantic : des progrès en santé publique

Offert par Les Affaires


Édition du 30 Juin 2018

Lac-Mégantic : des progrès en santé publique

Offert par Les Affaires


Édition du 30 Juin 2018

« La population de ­Lac-Mégantic montrait des signes de détresse psychologique. » – Dre ­Mélissa ­Généreux, médecin spécialiste en santé publique [Photo: Jérôme Lavallée]

Une nouvelle microbrasserie a fait son apparition à Lac-Mégantic, rue Laval : Gare'nison. Ici, les bières maison portent des noms en l'honneur de ceux qui ont combattu l'incendie. Ironiquement, le bar pourrait bien asséner le coup fatal au Musi-Café, symbole de la tragédie, qui a déménagé dans un local sans âme, rue Papineau. Il est à vendre.

Plus près du centre-ville, un traiteur, où l'on peut aussi manger à l'une des dix tables, fait la fierté des habitants. Installé dans une ancienne maison depuis quatre ans, Mange ta main offre une cuisine à la page, mais sans prétention dans un décor réconfortant. «Les gens en avaient besoin», dit son propriétaire, portant la barbe, la casquette et le tablier de denim. Les allusions à la catastrophe sont partout, dans le nom des nouveaux commerces comme dans les sous-entendus.

Les habitants ne se définissent pas par l'accident, mais ce dernier est tout de même entré avec fracas dans le code génétique de la collectivité. La population a subi un véritable choc post-traumatique. C'est ce sur quoi travaille Mélissa Généreux, médecin spécialiste en santé publique, avec son équipe de proximité.

La Dre Généreux venait à peine d'être nommée au poste de directrice de santé publique de l'Estrie quand le funeste convoi a fait son oeuvre. Dans son esprit, comme dans celui de tous ses collègues, le champ d'intervention de santé publique se limitait aux maux physiques subis par la population. Jusqu'à ce que Danielle Maltais, professeure en travail social de l'Université du Québec à Chicoutimi, l'appelle. «Elle m'a demandé si j'avais pensé à faire une étude ; le centre-ville fumait encore.» L'enquête envisagée avait pour but de mesurer l'état d'esprit. Un an plus tard, un vaste sondage a été mené auprès de 800 adultes de Lac-Mégantic et de la région de l'Estrie. «Les résultats étaient flagrants. La population de Lac-Mégantic montrait des signes de détresse psychologique», raconte Dre Généreux. Le constat a permis d'embaucher de nouvelles ressources pour intervenir auprès de la collectivité.

Au départ, la médecin était réticente à se lancer dans cette enquête. «J'hésitais, car je n'avais aucune idée quoi faire après.» Ce qui est arrivé : elle n'a pas su. Elle a regardé à l'international, voir comment avaient répondu les autorités publiques devant un diagnostic de «traumatisme communautaire» résultant d'une catastrophe. Elle a bien trouvé quelques pistes, mais rien de suffisant. Elle s'est alors tournée vers les citoyens. Cette consultation a débouché sur une dizaine d'initiatives visant à donner la parole aux gens, à les aider à s'approprier les nouveaux lieux et à aimer leur ville. Elle a débouché entre autres sur le projet immobilier Concerto et l'implantation des Greeters, ces habitants qui font découvrir aux touristes Lac-Mégantic, dont Paul Dostie, une précieuse mémoire de la ville.

Que s'est-il passé ? La conception du champ d'intervention de la santé publique a changé. Pour toujours. Depuis, Dre Généreux est invitée dans les congrès internationaux pour raconter cette parcelle d'histoire de Lac-Mégantic et pour expliquer les outils d'intervention qu'ils ont développés. Récemment, son avis a été sollicité quand un accident d'autocar a décimé l'équipe de hockey junior de la petite ville de Humboldt, en Saskatchewan.

Quatre autres sondages ont été menés depuis la tragédie : le moral s'améliore.

À ne pas manquer cette semaine en manchette de Les Affaires, L'observatoire Mégantic. Cinq ans après la tragédie, quels sont les projets porteurs pour redresser l'économie de la région? 

À la une

Bourse: Toronto clôture en baisse de près de 200 points

Mis à jour le 05/07/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street finit en ordre dispersé, la baisse des taux profite au secteur technologique.

À surveiller: Boralex, Air Canada et Canopy Growth

05/07/2022 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Boralex, Air Canada et Canopy Growth ? Voici quelques recommandations d’analystes.

Les sociétés technologiques affichent moins de postes

Les start-up ont commencé à gérer leurs finances de manière plus serrée en raison de la débâcle du secteur à la Bourse.