Entrepreneuriat: appel à un changement complet de stratégie

Publié le 20/04/2010 à 13:20

Entrepreneuriat: appel à un changement complet de stratégie

Publié le 20/04/2010 à 13:20

Par Martin Jolicoeur

Nathaly Riverin est vice-présidente, recherche, vigie et développement de la Fondation de l’entrepreneurship. Photo : les affaires

Le Québec serait mûr pour un changement complet de stratégie en matière d’entrepreneuriat, estime Nathaly Riverin, vice-présidente, recherche, vigie et développement de la Fondation de l’entrepreneurship.


«Il est temps, croit-elle, de cesser de regarder la question de l’entrepreneuriat comme un problème de relève et de transmission d’entreprise uniquement, pour commencer à encourager l’émergence d’un véritable renouveau entrepreneurial.»


PLUS: Entrepreneuriat: le retard du Québec est confirmé
PLUS: Entrepreneuriat: les Québécois ont peur de l'exportation
PLUS: Entrepreneuriat: les Québécois se contentent de revenus moindres


VIDÉO : Entrevue avec Nathaly Riverin





Dans sa dernière étude, la Fondation de l’entrepreneurship révèle que non seulement les Québécois sont moins nombreux à vouloir se lancer en affaires, mais que de tous ceux qui osent se lancer, les Québécois sont bien davantages portés qu’ailleurs au pays à reprendre ou à racheter les activités d’une entreprise existante.


Cette tendance à la reprise concerne près d’un entrepreneur sur cinq (19,4%) au Québec, comparativement à 9,7% dans le reste du pays. Cette tendance observée est donc deux fois plus élevée au Québec qu’ailleurs au Canada.


Des gestionnaires plus que des entrepreneurs


Selon Nathaly Riverin, c’est là le résultat d’un discours ambiant qui, tant dans la communauté d’affaires que dans les officines gouvernementales, tend à favoriser la préservation des acquis du Québec inc, par le rachat d’entreprises existantes, que le chaos créatif d’une véritable relève entrepreneuriale.


«Dans le contexte de recherche de l’innovation entrepreneuriale, que tant d’entrepreneurs se dirigent vers la reprise d’une entreprise existante n’est pas nécessairement une bonne nouvelle, dit Mme Riverin. Il serait bien que davantages de nouveaux entrepreneurs se fassent les dents dans de nouvelles entreprises à leurs images, dans de nouveaux secteurs, quitte à les défricher, plutôt que de se diriger vers ce qui existe déjà.»


Selon elle, le gouvernement et le milieu des affaires devraient s’interroger sur le message qu’elle envoie à la relève entrepreneuriale. Parle-t-on davantage de transmission et de relève d’entreprise ? Ou plutôt, comme il se devrait, de création et d’innovation ?


«Malheureusement, déplore-t-elle, nous cherchons des gestionnaires pour prendre le gouvernail de trains déjà en marche au lieu d’entrepreneurs, capables d’identifier des opportunités et d’imaginer les solutions et les occasions à saisir.»


 


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Achat d’une copropriété: pour une transaction en toute quiétude

20/11/2015 |

Acheter une copropriété en toute confiance, c’est possible, surtout si l’on se renseigne ...

Le paradoxe de l'aide aux familles à faible revenu

BLOGUE. Une banque encourage les gens à vivre au-dessus de leurs moyens.

À la une

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

La marge de sécurité: un concept intemporel

BLOGUE INVITÉ. La «marge de sécurité». Les 3 mots les plus importants dans l'investissement, selon Warren Buffett.

Six manières de réduire vos erreurs d'investissement

BLOGUE INVITÉ. C'est simple, moins vous avez à prendre de décisions, moins vous commettez d'erreurs.