La commande de Delta n'empêche pas Bombardier de solliciter l'aide d'Ottawa

Publié le 28/04/2016 à 15:48, mis à jour le 28/04/2016 à 16:55

La commande de Delta n'empêche pas Bombardier de solliciter l'aide d'Ottawa

Publié le 28/04/2016 à 15:48, mis à jour le 28/04/2016 à 16:55

Par La Presse Canadienne

(Photo: Bloomberg)

Même après avoir décroché sa plus importante commande de CSeries auprès de Delta, Bombardier (Tor., BBD.B) espère toujours voir le gouvernement Trudeau lui octroyer une aide financière.

Pour son président et chef de la direction, Alain Bellemare, un engagement d'Ottawa procurerait à la multinationale une plus grande flexibilité financière en plus de lui permettre de continuer à investir dans l'aéronautique au Québec et au Canda. 

«Nous sommes toujours en discussions, a-t-il dit, jeudi, en conférence de presse dans le hangar de Bombardier à Mirabel. On n'a pas encore trouvé la bonne solution et on les invite à participer avec nous sur le programme.»

M. Bellemare était notamment accompagné du nouveau président de Delta, Ed Bastian, ainsi que du ministre québécois des Affaires municipales, Martin Coiteux, pour annoncer la commande ferme de 75 appareils CS100 du transporteur d'Atlanta estimée à 5,6 milliards $US selon les prix affichés.

Le dirigeant du constructeur d'avions et de trains n'a pas voulu s'avancer sur les éléments qui empêchent la conclusion d'une entente. 

Au cours d'une conférence téléphonique avec les analystes en début de journée, M. Bellemare avait réitéré que le plan quinquennal visant à redresser la compagnie ne dépendait pas d'une aide fédérale. 

Du côté d'Ottawa, le ministre des Transports, Marc Garneau, s'est réjoui de l'importante commande, prévenant qu'elle ne précipitera pas pour autant le processus décisionnel lié à un éventuel investissement dans la CSeries.

L'automne dernier, le gouvernement Couillard a injecté 1 milliard $US dans le programme de la CSeries en échange d'une participation de 49,5%. Pour le ministre Coiteux, l'engagement de Delta prouve que l'investissement de Québec était justifié.

Pour sa part, sans interpeller directement le gouvernement Trudeau, M. Bastian n'a pas caché que l'intervention du gouvernement du Québec dans ce programme avait donné confiance au transporteur d'Atlanta pour acheter le nouvel avion commercial de Bombardier.

«La dernière chose que vous voulez faire est de prendre un risque financier dans le cadre d'un investissement aussi important, a-t-il dit. Nous allons faire partie du programme pendant de nombreuses années.»

Outre l'investissement de 1 milliard $US du gouvernement Couillard, Bombardier a reçu 467 millions $ de la part d'Ottawa et Québec pour la CSeries. Exportation et développement Canada a également octroyé au cours des cinq dernières années des prêts totalisant 8,8 milliards $ aux clients de l'entreprise.

À la une

Pourquoi Taïwan est crucial pour votre entreprise

ANALYSE. Une guerre ou un blocus de l’île productrice de semi-conducteurs affecterait plusieurs entreprises au Canada.

Bourse: Wall Street termine en forte hausse, quatrième semaine de gains pour le Nasdaq

Mis à jour le 12/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine dans le vert.

À surveiller: Canadian Tire, Linamar et Disney

12/08/2022 | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Canadian Tire, Linamar et Disney ? Voici quelques recommandations d’analystes.