Les marchés de Shanghai: les services financiers


Édition du 06 Septembre 2014

Les marchés de Shanghai: les services financiers


Édition du 06 Septembre 2014

Par François Normand

Plusieurs institutions financières ont une forte présence à Shanghai, comme la Banque HSBC, qui y a même un siège social. La plupart des grandes banques canadiennes y sont d’ailleurs présentes, dont la TD, la CIBC, la Scotia et la BMO. Photo: Bloomb

Les marchés de Shanghai - Métropole de près de 25 millions d'habitants, la ville de Shanghai est un vaste marché à elle seule, avec plusieurs secteurs clés pour les entreprises canadiennes. Nous vous présentons six de ces secteurs.

La finance est l'un des secteurs les plus dynamiques de l'économie de Shanghai. D'ici 2020, diverses analyses montrent que le volume du marché des services financiers devrait doubler pour atteindre près de 600 milliards de yuans chinois (97 milliards de dollars américains).

Deux forces stimulent la croissance du secteur financier de Shanghai, selon la firme américaine d'analyse Jones Lang LaSalle.

Il y a d'abord les forces du marché. Les principales sont la montée d'une classe moyenne, la croissance de la demande de l'assurance et des produits financiers destinés aux consommateurs, sans parler de la création de marchés, comme les transactions sur la devise chinoise.

Les politiques publiques du gouvernement chinois constituent l'autre force. Beijing veut faire de Shanghai un centre financier international, et ce, au même titre que celui de Hong Kong. Le gouvernement teste à Shanghai des réformes financières (libéralisation), qui pourraient être un jour étendues à la Chine. Enfin, Beijing a créé en 2013 la zone de libre-échange de Shanghai (29 kilomètres carrés), dont un volet concerne la finance.

Le gouvernement chinois y autorise la libre convertibilité du yuan sur les comptes de capitaux, sans parler des échanges transfrontaliers de la devise chinoise. Les taux d'intérêt sont également libéralisés, ce qui signifie qu'ils sont déterminés par les forces du marché. Toutes ces opérations sont actuellement interdites ou fortement encadrées ailleurs en Chine, à l'exception de Hong Kong, qui a un statut spécial.

La création de la zone de libre-échange de Shanghai n'est pas sans rappeler les zones économiques spéciales mises en place au début des années 1980 en Chine, notamment à Shenzhen, quand la Chine dirigée par Deng Xiaoping a commencé à s'ouvrir au commerce international.

La création de cette zone à Shanghai y attire de grandes institutions financières, dont la Deutsche Bank. Le 28 avril, la banque allemande a annoncé qu'elle ouvrait une nouvelle filiale à l'intérieur du périmètre de 29 kilomètres carrés. L'institution financière était déjà établie à Shanghai, mais pas à l'extérieur du périmètre où le secteur financier est libéralisé.

C'est aussi le cas de la Bank of Montreal China, propriété de BMO Groupe financier. L'institution est présente à Shanghai. Elle n'a pas de présence à l'intérieur de la zone de libre-échange, mais c'est un scénario qu'elle n'exclut pas à terme.

«Nous allons voir comment les gens à l'intérieur de la zone vont réagir», dit Roger Heng, directeur général, Groupe international Asie, BMO Marchés des capitaux.

Cela dit, compte tenu du dynamisme de Shanghai, les occasions d'affaires ne manquent pas pour BMO à l'extérieur de ce périmètre, où elle offre des services financiers aux entreprises chinoises ou étrangères établies à Shanghai.

Pour l'heure, BMO n'a pas les autorisations pour offrir des services financiers aux particuliers dans la métropole chinoise. Mais elle pourrait les obtenir sous peu, car il y a beaucoup de besoins à combler dans ce segment de marché.

Par ailleurs, la plupart des autres grandes banques canadiennes sont présentes à Shanghai, telles que la TD, la CIBC ou la Scotia. D'autres grandes institutions financières ont une forte présence à Shanghai, comme HSBC. En 2010, la banque britannique a inauguré son nouveau siège social en Chine, à Shanghai. Présente dans ce pays depuis 1865, l'institution financière a renforcé sa présence dans la métropole chinoise, car Shanghai devient de plus en plus un centre financier international.

Selon une analyse de la firme McKinsey & Company, la croissance de la classe moyenne à Shanghai créera une «demande énorme» pour les gestionnaires de patrimoine et l'industrie de l'investissement. Pourquoi ? Parce que les citoyens de Shanghai qui s'enrichissent achèteront notamment des voitures et des maisons. Ils auront donc besoin de produits d'assurance et de services financiers.

À lire aussi:
Les habitants de Shanghai ont soif de consommer, de tout et tout de suite!
Les marchés de Shanghai: les transports publics
Les marchés de Shanghai: les technologies propres

À la une

Employeurs, à vos crayons

Mis à jour il y a 25 minutes | Geneviève Desmarais

EXPERTE. Avez-vous une politique en matière de prévention et de prise en charge du harcèlement en milieu de travail?

1342$ par mois… et toujours pas assez pour une maison!

IL ÉTAIT UNE FOIS... VOS FINANCES. Économiser 1342$ par mois et ne pas pouvoir acheter une propriété, est-ce possible?

À surveiller: AtkinsRéalis, BMO et Eldorado Gold

Il y a 16 minutes | Matthieu Hains et Dominique Talbot

Que faire avec les titres d'AtkinsRéalis, BMO et Eldorado Gold? Voici quelques recommandations d’analystes.