Mélanie Paul: L'humaniste

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Juin 2015

Mélanie Paul: L'humaniste

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Juin 2015

Par Valérie Lesage

[Photo: Martin Flamand]

Sensible aux problèmes de pauvreté, de toxicomanie et de violence qui touchent les collectivités autochtones, Mélanie Paul commence sa carrière en travail social au Centre d'amitié autochtone de Québec. Après trois ans, elle éprouve cependant le sentiment que son aide ne suffit pas. Son père, un entrepreneur de Mashteuiatsh, au Lac-Saint-Jean, lui offre alors de se joindre à la PME familiale dans une perspective de relève, avec son frère, un cousin et une cousine.


Cliquez ici pour découvrir 24 autres stars du Québec de demain


«Je ne voyais pas le lien entre ça et ma formation en travail social. Mais mon père m'a fait comprendre qu'il y a différentes façons d'aider les gens et que leur donner un travail brise l'engrenage de la pauvreté, leur offre une raison de vivre et de se prendre en main», se souvient celle qui dirige deux filiales du Groupe ADL, un holding actif dans les biotechnologies, les produits forestiers et les granules de bois.


Mélanie Paul, aujourd'hui âgée de 39 ans et mère de trois enfants de 20, 14 et 10 ans, a commencé aux ressources humaines chez ADL tout en suivant des cours en finance, marketing et gestion à l'université. À la fin de l'été, elle sera également finissante du programme Élite de l'École d'entrepreneurship de Beauce. Le fait d'avoir su conjuguer carrière, études et enfants est sa plus grande fierté jusqu'ici. «Je me sens équilibrée comme femme, comme mère et comme femme d'affaires. C'est un accomplissement pour moi», confie-t-elle.


«Elle ne joue pas la carte "je suis une femme, donc c'est plus difficile". Elle fait juste prendre sa place», remarque Marc Dutil, fondateur de l'EEB, ajoutant qu'il faut du cran pour négocier avec les géants que sont les papetières.


«Elle ne joue pas non plus la carte autochtone. C'est son identité, pas sa contrainte. Beaucoup de jeunes qui ont ces caractéristiques pourraient penser que ce sera difficile pour eux, mais elle s'est donné le droit de l'ambition.»


Mélanie Paul a en effet une vision internationale pour le Groupe ADL, qui emploie quelque 110 personnes, dont 40 % sont des autochtones. Déjà, les granules de bois sont exportées en Europe.


Et en plus des rêves d'entreprise, il y a ceux qu'elle chérit de façon plus personnelle, à titre de leader. «Je veux continuer d'aider les gens à s'épanouir professionnellement et à réaliser leurs objectifs de vie. Je veux devenir un modèle positif en tant que femme d'affaires autochtone. Les gens sont de plus en plus ouverts, mais on sent encore des préjugés.»


«Elle s'engage dans différentes organisations pour établir des partenariats entre Roberval et la collectivité de Mashteuiatsh. Les commerçants l'appuient dans cette démarche et elle se démarque par son leadership», considère Denis Taillon, qui copréside avec elle la Chambre de commerce de Roberval.


Le souci de redonner est constant chez Mélanie Paul, que ce soit en créant des emplois, en aidant les organisations humanitaires ou en rétablissant une image positive de l'entrepreneuriat. «J'ai vu la détresse et j'ai toujours vu mon père aider, garder sa porte ouverte. C'est marquant.»


Âge : 39


La personnalité internationale que vous embaucheriez ? Céline Dion


Pourquoi ? Il lui a toujours importé de montrer ses origines et son identité. Comment se réaliser quand on vient d’une minorité ? Elle montre qu’on peut réussir !


Quel livre ne quitte jamais votre table de chevet ? Les 5 grands rêves de vie, de John P. Strelecky


Pourquoi ? C’est le livre sur lequel je veux m’appuyer pour avancer vers mes prochains objectifs. À l’École d’Entrepreneurship de Beauce, ils nous font découvrir qui on est, notre raison d’être, nos rêves. Ce livre est venu me chercher et m’aide à continuer de définir où je vais.


Cliquez ici pour découvrir 24 autres stars du Québec de demain


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

23/03/2019 | François Normand

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.